Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

musique & clips

Clip "Pas Essentiel" de Grand Corps Malade 2020

Publié le par Annie et Kristel

"N'écoutez pas cette chanson, elle n'est pas essentielle..."

Voilà en quelques mots le thème de la nouvelle chanson signée Grand Corps Malade. Pour notre première chronique de l'année 2021 que nous vous souhaitons meilleure que 2020, nous ne pouvions pas occulter les problèmes que rencontrent actuellement le monde de la culture, de la nuit, mais aussi les commerces jugés non essentiels tels que les bars, restaurants, etc. Un sujet polémique que Grand Corps Malade n'a pas eu peur d'aborder dans son dernier titre judicieusement intitulé "Pas Essentiel". Un véritable cri du cœur...

Réalisée par son fidèle complice Mehdi Idir (alias Minos depuis peu) avec Jean-Rachid à la production ainsi que Mosimann côté musique, la vidéo "Pas Essentiel" de Grand Corps Malade fait intervenir de nombreux commerçants à l'instar de libraires, disquaires, fleuristes, cordonniers, barmans ou restaurateurs dont les établissements sont en grande difficulté. Rappelons que cette chanson de décembre 2020 a été écrite en réaction aux annonces gouvernementales floues notamment pour le devenir du monde de la culture, et reprend de façon ironique la formule employée pour les commerces considérés comme non essentiels. Elle reste toujours d'actualité, malgré la réouverture de certains d'être eux. 

Grand Corps Malade avait annoncé, peu avant, ce nouveau morceau aux sonorités électroniques par un happening sur la façade du mythique Olympia de Paris où le titre "Pas Essentiel" trônait en lettres rouges brillantes et lumineuses, alors qu'en parallèle le gouvernement confirmait que les lieux culturels (cinémas, musées, théâtres) resteraient encore fermés. Un message utilisé pour le tournage du clip qui nous fait aussi pénétrer dans l'antre magique de cette magnifique salle. En effet, outre la participation des commerçants dont nous vous parlions plus haut, nous suivons dans la vidéo la déambulation nocturne d'un homme masqué dépité de ne trouver que des bars et salles de spectacles aux portes closes. Attiré par les mots "Pas Essentiel" sur la façade de l'Olympia, celui-ci décide de monter sur scène pour tenter de revivre la joie et l'ivresse d'un concert dans le monde d'avant, un peu comme Grand Corps Malade s'imaginant déjà interpréter le titre en live face à un public heureux de le retrouver. Beaucoup ont cru qu'il s'agissait d'une initiative prise par la célèbre salle, mais le Bataclan a aussi montré son soutien en affichant "Pas Essentiel" de façon similaire. Grand Corps Malade s'en réjouit et souhaite que d'autres le fassent également, non pas pour une éventuelle promotion mais pour faire passer le message.

Le slameur, dont l'album "MESDAMES" connaît un beau succès, est un homme généreux et impliqué. Après avoir participé à l'album concept "Jours De Gloire" aux côtés d'autres artistes afin de défendre les valeurs de la République, il fait partie des 200 personnalités militant pour la vaccination rapide des Français afin que chacun puisse retrouver une vie normale. Ainsi, avec "Pas Essentiel", pour l'instant uniquement disponible en téléchargement, il a décidé de réagir à la fermeture toujours active des lieux culturels (mais pas seulement) en proposant ce titre aux paroles cyniques mais pertinentes. Une idée que Fabien avait en tête depuis le moment où il avait entendu que les endroits mentionnés étaient considérés comme non essentiels alors qu'ils font vivre de nombreuses personnes. Des propos maladroits, marquants, violents pour le monde culturel qui lui ont donné envie de s'exprimer au nom d'une industrie qui souffre cruellement. Une ode à une liberté qui nous manque et au retour tant espéré de la culture, dixit le musicien dont la prochaine tournée est prévue pour novembre 2021, si tout va bien. A noter que "Pas Essentiel" comporte un sample (concernant la partie sifflée) du titre "Street Dance" de Break Machine (1984), rendu possible grâce à l'autorisation de l'un de ces créateurs, Henri Belolo, par la voix de son fils Anthony.

A ce jour, la situation est loin de s'être arrangée pour le monde de la culture tout comme les restaurants, bars et clubs.

"Pas Essentiel", une chanson coup de poing en soutien au milieu artistique et aux commerces les plus vulnérables, avec qui nous sommes de tout cœur...

Voir les commentaires

Clip "Holidays" de Meghan Trainor Feat Earth, Wind & Fire 2020

Publié le par Annie et Kristel

It's a celebration !

En cette fin d'année 2020 particulière et plutôt sombre, nous avons eu envie de vous apporter un peu de joie, de bonne humeur et de couleurs en musique grâce au clip "Holidays" de Meghan Trainor en compagnie de Earth, Wind & Fire, parfait pour l'occasion. Meghan Trainor, inoubliable interprète du hit "Marvin Gaye" Feat Charlie Puth, s'est ici associée au légendaire groupe Earth, Wind & Fire pour la chanson originale "Holidays", extraite de son album de Noël "A Very Trainor Christmas", dans la plus pure tradition des stars US, où figurent des reprises iconiques telles que "Last Christmas" de Wham ou "White Christmas" avec Seth MacFarlane.

A noter que presque toute la famille Trainor a fait une apparition sur l'opus, à commencer par Gary, son père, dans "Have Yourself A Merry Little Christmas", ainsi que ses cousins Hayden, Jenna et Marcus Toney avec "Rudolph The Red-Noised Reindeer". Une véritable ambiance festive pour "Holidays", titre funky aux accents 70's, un son typique de Earth, Wind & Fire. Ces collaborations avec la formation et Seth MacFarlane étaient des rêves de fans devenus réalité pour Meghan et sa famille.

Ne soyez pas étonnés par les tenues extravagantes arborées par la chanteuse tout au long du clip à l'instar d'une large robe blanche à volants, un body noir pailleté avec un gigantesque noeud rouge à l'avant et même une boîte cadeau dorée qui cachent en réalité un baby bump. Car oui, Meghan Trainor était enceinte de 5 mois ½ lors du tournage du clip. La venue de ce bébé, un petit garçon, est attendue par le couple qu'elle forme avec Daryl Sabara, son mari, pour le début de l'année prochaine.

"Holidays", un plaisir visuel et musical, tout à fait dans l'esprit des fêtes de fin d'année, à déguster sans modération...

Voir les commentaires

Album "Plein Soleil" de Agustín Galiana Fontana/Panthéon/Universal 2020

Publié le par Annie et Kristel

Envie de soleil en cette fin d'année morose ? Le bien nommé "Plein Soleil" de l'artiste aux multiples facettes Agustín Galiana vous replongera dans la chaleur de l'été. L'occasion pour nous de revenir sur le parcours de cet artiste complet, comédien et chanteur.

Né à Alicante en Espagne, Agustín Galiana étudie à la fondation Shakespeare de Madrid, puis multiplie les rôles à la télévision dans des séries telles que "Un Dos Tres", "Cercle Rouge", "Brunelesky" en parallèle d'une carrière sur les planches et le grand écran. Passionné depuis l'enfance par la culture et le cinéma français, Agustín décide de s'installer à Paris en 2014 pour y apprendre notre langue et tenter sa chance. Rapidement, il obtient un rôle dans la série de France 2 "Chefs" aux côtés de Clovis Cornillac. En 2015, il rejoint le casting de "Clem" sur TF1 et devient l'un des rôles phares de la série, celui d'Adrian, fils de Victoria Avril et frère de Clem. Puis Agustín s'impose auprès des téléspectateurs en remportant la huitième édition de l'émission "Danse avec les stars" (2017) après dix semaines de compétition. En 2018, il est le héros du téléfilm de TF1 "Ils ont échangé mon enfant" avec Julie de Bona et sort son premier album chez Universal, porté par les singles "Carmina", "C'était hier" et "T'en va pas comme ça". L'opus est un franc succès.

L'année suivante, Agustín est de nouveau le personnage principal d'un autre téléfilm pour TF1 "Coup de foudre en Andalousie" et cartonne au théâtre avec la pièce signée Laurent Ruquier "Le plus beau dans tout ça". Le 2 février 2020, c'est la scène de l'Alhambra qu'il investit pour son premier concert parisien. Si Agustín s'est imposé artistiquement en France, il reste néanmoins très attaché à ses racines. Il a à son actif deux albums en Espagne, et son dernier film "El hombre de las mil caras" (également sorti en France en avril 2017 sous le nom de "L'homme aux mille visages"), a reçu onze nominations aux Goya cette année-là. Agustín est récemment apparu dans le long-métrage "Boutchou" d'Adrien Piquet-Gauthier aux côtés de Carole Bouquet et Gérard Darmon. Côté télévision, Agustín est de retour dans la série "Clem" pour sa dixième saison, mais aussi dans le nouveau rendez-vous de TF1 "Ici tout commence".

Mais revenons à la musique avec la sortie de son deuxième album en France "Plein Soleil" entré directement n°5 du top des ventes physiques. Il est surtout l'occasion pour Agustín Galiana de rendre hommage à ses origines latines mais également à la France qui l'a accueilli à bras ouverts, comme il l'explique très justement : "J'ai eu l'idée de faire cet album de reprises car j'avais très envie de rendre hommage à quelques artistes et chansons qui ont bercé mon arrivée en France." C'est en effet à travers les titres présents sur cet opus qu'Agustín a appris notre langue et culture. Plus que de simples reprises, il a réinterprété chaque chanson en y apportant une touche plus hispanique, ce qui n'est pas pour nous déplaire, de par nos origines communes.​​​​​"Quand on vient d'un autre pays, on emmène toujours avec soi un petit peu de sa propre culture. Il me tenait donc à cœur de proposer aussi des chansons comme la version espagnole de "Duel au soleil", et pour le comédien que je suis, il me semblait évident de reprendre modestement "Piensa en mi", ou encore ce monument musical du cinéma espagnol, "Por que te vas". 

 Ce titre touchant, initialement intégré à la bande originale du film "Cria cuervos" de Carlos Saura, a été le premier single clippé de "Plein Soleil", suivi du lumineux "Duel au soleil" (tous deux disponibles à la fin de cet article), connu en Espagne sous le nom de "Un nuevo día brillará", et qui fait partie du répertoire de la grande Luz Casal aux côtés du musicien Olivier Durand à la guitare. C'est à son arrivée en France qu'Agustín a découvert la version originale d'Etienne Daho, avant de la revisiter dans un style hispano-français. En parlant de Luz Casal, Agustín Galiana a repris "Piensa en mi", un classique espagnol popularisé par la chanteuse à l'occasion de la BOF du film de Pedro Almodovar "Talons aiguilles" (avec déjà Victoria Abril), titre que nous adorons. Un choix artistique qui lui permet de jongler entre ses deux passions, la musique et la comédie, mais également d'aborder des sujets plus sensibles comme la lutte contre le racisme et les discriminations avec "Le soleil donne" (Agustín est fan de Laurent Voulzy), la cause animale grâce à "La corrida". Bien qu'étant censée faire partie des traditions espagnoles, il ne l'approuve pas et a au contraire apprécié l'idée de Francis Cabrel d'en parler à travers les yeux du taureau pour dénoncer la maltraitance des animaux.

Il parle aussi de son expérience professionnelle avec "Viva la vida", titre du répertoire festif de Michel Fugain qu'Agustín connaît et aime pour avoir chanté "Attention Mesdames et Messieurs" au théâtre dans une pièce jouée à Madrid, ou "La mer n'existe pas" (qui figure sur les deux versions bonus de "Plein Soleil"), chanson pour laquelle il a eu un coup de cœur lors d'une émission en compagnie d'Art Mengo sur Sud Radio, dédiée à la regrettée Maurane avec qui il partageait une belle complicité. Comme vous l'aurez compris, le comédien/chanteur fait aussi la part belle au répertoire espagnol avec des titres méconnus du public français tels que "Tuyo" de Rodrigo Amarante, utilisé pour le générique de la série "Narcos", "Mencanta" d'Antonio Carmona, un des préférés d'Agustín ainsi que "Malamente", extrait des deux versions bonus de "Plein Soleil" qu'il souhaite faire découvrir au plus grand nombre dans le registre pop flamenco, collant parfaitement à ses origines, son amour pour la musique et la danse. Autant de chansons qui sont des madeleines de Proust pour Agustín Galiana. N'oublions pas "L'amour à la plage" de Niagara, "Le Sud" de Nino Ferrer ou "J'veux du soleil".

Un album solaire, généreux, qui redonne le sourire en ces froides soirées de fin d'automne.

A noter que "Plein Soleil" est disponible en trois versions : simple avec 11 titres, en édition limitée bonus comportant 13 pistes avec "La mer n'existe pas" et "Malamente", la version collector avec un tote bag, un magnet photo signé et surtout 3 chansons inédites ("Sea Sex And Sun" de Serge Gainsbourg, "La bicyclette" et un remix de "L'amour à la plage"), et enfin, pour les puristes, un double vinyle réunissant les deux albums d'Agustín Galiana.

De quoi prolonger davantage le plaisir...

Album "Plein Soleil" de Agustín Galiana Fontana/Panthéon/Universal 2020

Voir les commentaires

Clip "Let's Love" de David Guetta & Sia 2020

Publié le par Annie et Kristel

Pour leur nouvelle collaboration, "Let's Love" au son totalement 80's, David Guetta et Sia nous emmènent dans un monde rétro-futuriste et virtuel accompagnée d'un clip célébrant l'amour universel grâce à la technologie...

Depuis le succès mondial de "Titanium" en 2011, qui devait à l'origine être interprété par Katy Perry, David Guetta et Sia travaillent régulièrement ensemble, et nous offrent des tubes planétaires tels que "She Wolf (Falling To Pieces)" (2012), "Bang My Head" (2015) ou encore "Flames" (2018, déjà chroniqué sur notre blog), s'assurant de créer l'événement dès que leurs deux noms sont associés.

Comme le dit si bien le DJ, leurs débuts côte à côte ont été prolifiques. Il s'estime chanceux d'avoir connu la chanteuse à l'époque de "Titanium", un moment où elle avait décidé de se consacrer pleinement à sa carrière artistique en plein essor. Depuis, une complicité amicale est née, et bien que Sia soit très sollicitée, celle-ci est toujours là pour son ami avec des projets musicaux menés à leur terme. Alors, forcément, lorsque le tandem a teasé sa nouvelle chanson "Let's Love" sur TikTok, les fans ont été aux anges.

Pour la petite histoire, ce titre a vu le jour pendant le confinement. Durant cette période d'isolement, David Guetta a souhaité proposer une musique à l'énergie positive. Adorant produire habituellement des sons pour les clubs, il a eu envie, en parallèle et face à cette ambiance actuelle particulièrement morose, de créer des chansons Feel Good. "Le's Love" délivre un message d'amour, d'espoir et rassemble le public, sublimé par la brillante partie vocale de Sia, avec la folle envie de retrouver l'esprit de liberté des années 80, comme le raconte David : "C'est un petit peu inspiré par Pat Benatar et quand je l'ai dit à Sia, elle m'a répondu : "Mais c'est dingue. Je suis la plus grande fan de Pat Benatar. Comment tu sais ça ?" Je n'en savais rien. Nous avons toujours cette connexion magique entre nous."

Véritable hymne au doux parfum d'antan sur fond de synthétiseurs, "Let's Love" est illustré par un clip rétro-futuriste se rapprochant du film "Ready Player One" de Steven Spielberg sorti en 2018. Fuyant la triste réalité du monde qui l'entoure, un jeune homme se réfugie dans un univers virtuel où il fait la rencontre d'une fille dans un jeu vidéo dont il tombe amoureux. Si leur relation est parsemée d'embûches, il cache également un secret : ce sont en fait deux garçons pas si éloignés que cela qui se sont séduits à travers leurs avatars, bien que l'un d'entre eux l'ignore. Une belle preuve de tolérance qui démontre que les sentiments transcendent les genres, les conditions sociales et les barrières.

"Let's Love", un superbe clip aux accents nostalgiques, qui vous fera voyager à travers le temps en musique grâce au talent de David Guetta et Sia...

Voir les commentaires

Clip "Le Cœur Holiday" de Mika Feat Soprano 2020

Publié le par Annie et Kristel

Mika et Soprano s'animent à l'occasion du clip "Le Cœur Holiday" afin de célébrer les liens de l'amitié, plus que jamais essentiels en ces temps difficiles...

Souvenez-vous : le 4 août 2020, Beyrouth a été frappée en plein cœur du centre-ville et du port par des explosions meurtrières. Mika, profondément bouleversé par cette tragédie survenue dans sa ville natale, a décidé d'organiser un concert caritatif virtuel intitulé "I Love Beirut" diffusé en direct sur les plateformes le 19 septembre dernier, et dont tous les bénéfices ont été reversés à La Croix-Rouge libanaise et l'association "Save The Children Liban" afin de soutenir la reconstruction de la ville touchée par la catastrophe. Une très belle initiative de la part d'un musicien généreux qui a voulu apporter sa contribution, son aide et son soutien indéniables au Liban.

Parallèlement, en marge de son album "Live From Brooklyn Steel", Mika est revenu avec "Le Cœur Holiday", une nouvelle chanson pleine d'espoir qu'il partage en compagnie de son ami Soprano, rencontré sur la 8ème saison de "The Voice", qui a vu naître une belle complicité. Pour Mika, "Le Cœur Holiday", titre enregistré il y a déjà quelques temps, est un rappel à garder la tête et le cœur brillants, qui prend tout son sens en ce moment. "Et quand tu tombes à genoux, garde le cœur en fête/Garde le cœur debout, garde le cœur Holiday" chantent les deux artistes sur le refrain enjoué et positif du single, voulu comme un hymne à la fraternité.

Deux univers diamétralement opposés, à la fois pop, coloré, et plus sombre, urbain, finalement complémentaires, réunis le temps d'une chanson touchante, émouvante, parfaitement en accord avec le clip en animation du "Cœur Holiday" empreint de tendresse. Une rencontre et une amitié tout à fait inattendues entre une panthère et un écureuil au milieu d'une nature sauvage et hostile, prêts à tout pour se protéger mutuellement ; voilà le sujet mis en avant par Mika et Soprano, comme une métaphore de leur lien et qui voit aussi apparaître leurs doubles toons (animés) à la fin de la vidéo. Entre "Le Livre de la jungle" et "Le Roi Lion", l'influence des dessins animés Disney est bien présente avec des décors qui leur sont directement inspirés, mais aussi le sentiment que la vie peut être aussi belle que cruelle.

Profiter, prendre soin de ses proches : un message important délivré par "Le Cœur Holiday", une chanson Feel Good accompagnée d'un clip porteur d'espoir...

Voir les commentaires

Album "Chromatica" de Lady Gaga Interscope/Streamline Records 2020

Publié le par Annie et Kristel

Zoom sur Lady Gaga à l'occasion de la sortie de son nouvel album "Chromatica"...

Déjà le sixième opus pour Lady Gaga, une musicienne accomplie qu'on ne présente plus, et dont nous suivons la carrière depuis ses débuts. Révélée par "Just Dance" avec la participation de Akon, la Mother Monster a fait du chemin depuis, ponctué par des tubes toniques comme "Poker Face", "Paparazzi", "Bad Romance", "Alejandro", "Telephone" en duo avec Beyonce (extraits de "The Fame Monster").

S'en sont suivis "Born This Way", "Judas", "Yoü And I", "The Edge Of Glory" feat le regretté Clarence Clemons, "Marry The Night" (parus sur "Born This Way"), "Venus", "Applause" (disponibles sur "Artpop") avant de changer de direction musicale, plus sobre, intimiste, moins dansante avec l'album "Joanne" produit par Mark Ronson, en hommage à sa grand-mère disparue, portés par les singles "Perfect Illusion", "Million Reasons", "John Wayne" et "Angel Down".

Le public connaissait jusqu'a présent Lady Gaga sous un jour excentrique, notamment par ses clips sexy chic, à l'univers sombre, tourmenté, empreint de mysticisme, et où planait l'influence de Madonna, sans oublier ses tenues dont la fameuse robe en viande qui avait enflammé les esprits. Ses déboires sentimentaux, son enfance aisée, son goût pour la mode et sa célébrité chèrement acquise (au départ, personne ne pensait qu'elle deviendrait une star) étaient autant de thèmes présents dans ses chansons qui auraient pu faire injustement oublier à ses détracteurs que Lady Gaga, artiste à l'oreille absolue, avait du talent.

Mais le changement opéré avec l'album "Joanne" a été suivi du succès planétaire, récompensé et mérité du long-métrage "A Star Is Born", nouvelle adaptation d'un classique hollywoodien au charme indémodable. Un temps associés à ce projet, Clint Eastwood pour la réalisation et Beyonce en vedette, les deux stars ont ensuite jeté l'éponge, remplacés par l'irrésistible et attachant duo Lady Gaga (dans son premier grand rôle au cinéma après des apparitions dans des films et séries) et Bradley Cooper, ce dernier officiant devant et derrière la caméra. Avec une alchimie évidente et des titres phares de la bande-son tels que "Shallow", "Always Remenber Us This Way" et "I'll Never Love Again" en guise de conclusion, le remake efficace et dans l'air du temps ne pouvait que nous séduire, grâce également aux collaborations de Mark Ronson et Lukas Nelson, fils de Willie, qui apparaît aussi dans le film.

Surtout, il nous a permis de découvrir une autre facette de Lady Gaga, qui a fini de convaincre les sceptiques sur ses capacités artistiques : peu maquillée, sans tatouages, plus blonde mais châtain, avec une voix forte, puissante et emplie d'émotion, celle de vouloir réussir grâce à sa passion pour la musique. C'est d'ailleurs pour cela que nous vous en parlions dans notre dernière chronique consacrée au film "Wild Rose" pour leurs ressemblances et différences : un sujet presque similaire (deux chanteuses en route vers la gloire, non sans embûches) dans un contexte socio-économique différent et son traitement, l'un de façon plus européenne que l'autre. Dans le cas du personnage de Lady Gaga, sa composition parfaite, plus vulnérable et fragile qu'à l'accoutumée, a été un miroir de son propre passé, ses difficultés pour s'imposer, ses complexes. Impossible de ne pas saluer sa performance.

Forte de cette brillante expérience et également à l'initiative du grand concert virtuel "One World" réunissant de nombreux artistes confinés dont les Rolling Stones (voir notre article sur leur clip "Living In A Ghost Town"), mis en place par l'organisation Global Citizen, pour récolter des fonds afin de soutenir les soignants mobilisés face à la pandémie de Coronavirus, Lady Gaga revient avec son sixième album studio placé sous le signe du rose. Le ton (et la couleur) est donné dès le premier single clippé "Stupid Love", de nouveau proche du son Madonna. La parenthèse "A Star Is Born" est bel et bien refermée. A présent, Lady Gaga semble vouloir renouer avec le style musical et visuel qui l'ont fait connaître, flamboyant, avec un zeste de nouveauté, de provocation et un look glamour, au risque d'en dérouter certains.

Une impression confirmée par le second extrait clippé "Rain On Me" en duo avec Ariana Grande, où les poignards et la pluie symbolisent leurs traumatismes : pour Lady Gaga ses problèmes de santé, l'agression sexuelle subie lors de ses débuts, les calomnies, et dans le cas de Ariana Grande l'attentat de Manchester perpétré lors de son concert et déjà évoqué dans sa chanson "No Tears Left To Cry". Une complicité et une force commune afin de s'affranchir de ces obstacles en restant dignes sous la pluie.

Enfin, le dernier en date, "911", possède des accents religieux qui ne sont pas sans évoquer l'esprit de "Judas". Les trois vidéos, déjà des hits, sont disponibles à la fin de cette chronique. Ajoutons à cela les participations du girls band de K-Pop BlackPink sur "Sour Candy" et son ami de longue date Elton John avec "Sine From Above". Notre version chroniquée de "Chromatica" est au format digipack Deluxe avec 3 titres supplémentaires venant s'additionner aux 16 déjà existants, soit 19 ("Love Me Right" ainsi que des pistes alternatives de "1000 Doves" et "Stupid Love"), agrémenté d'un superbe livret comportant de nombreuses photos.

Qu'importe l'orientation musicale de Lady Gaga, qui vient par ailleurs d'être choisie pour la campagne publicitaire du parfum "Voce Viva" de Valentino (voir photo ci-dessus), son savoir-faire est indéniable. "Chromatica" est un album solaire, festif, doucement rétro, qui vous fera danser jusqu'au bout de la nuit pour oublier vos soucis en ces temps troublés et vous apporter du rose à l'âme...

Album "Chromatica" de Lady Gaga Interscope/Streamline Records 2020

Voir les commentaires

Clip "Pendant 24h" de Grand Corps Malade et Suzane 2020

Publié le par Annie et Kristel

Nouvel extrait clippé de son album "MESDAMES", "Pendant 24h" voit Grand Corps Malade échanger son corps avec celui de Suzane afin de se moquer gentiment des préjugés homme-femme. Explications, en attendant de le découvrir à la fin de cette chronique...

Pour son opus "MESDAMES", Grand Corps Malade a décidé de "mettre à l'honneur la gent féminine", selon ses propres termes, en dix chansons enregistrées avec dix artistes féminines, toutes générations confondues. Le slameur a ainsi suivi avec attention l'émergence des mouvements #MeToo et #BalanceTonPorc, et ressenti le besoin d'exprimer en musique ses questionnements d'un point de vue masculin. "A quel moment ? Qui a décidé que les femmes étaient moins bien que les hommes ? Voilà, il y a beaucoup de choses que je trouve aberrantes. J'ai l'impression qu'il y a encore beaucoup de travail à faire pour qu'on arrive à cette fameuse égalité.", explique Fabien Marsaud (son véritable patronyme), à l'antenne de France Info. 

Avec Mosimann à la production, Grand Corps Malade partage le micro en compagnie de Véronique Sanson, Laura Smet, les sœurs Julie et Camille Berthollet, Manon, Alicia et Amuse-bouche pour cet album concept pertinent, porté par le succès surprise de l'émouvant "MAIS JE T'AIME" (récemment chroniqué sur notre blog) aux côtés de l'humoriste et chanteuse Camille Lellouche. Dans "Derrière le brouillard", c'est en collaboration avec Louane qu'il raconte sur des notes électros comment la musique a sauvé son existence.

Une autre révélation l'accompagne sur le single "Pendant 24h", nouvel extrait de "MESDAMES": Suzane. Dans cette chanson percutante, Grand Corps Malade échange son corps avec celui de la gagnante des dernières Victoires de la musique, pour mieux lutter contre les idées reçues. Comme le décrypte si bien Fabien: "Moi, je me mets dans la peau d'une femme et Suzane dans la peau d'un homme. C'est une chanson qu'on aime bien parce qu'elle dit des choses, et en même temps on s'amuse aussi à se jouer des clichés. Elle écorche bien comme il faut certains beaux travers de la gent masculine et moi, je m'amuse à dire que les femmes ne savent pas faire les créneaux."

Ce feat est comme une suite logique pour Suzane, habituées aux titres coups de poing, qui dénonçait le harcèlement de rue dans sa chanson "SLT", louant en interview la bienveillance de Grand Corps Malade et leurs styles musicaux finalement assez proches, en particulier avec "Pendant 24h". La réalisation du clip a été confiée à Mehdi Idir, fidèle collaborateur avec Jean-Rachid à la production, de Fabien sur ses films "Patients" (2016) et "La vie scolaire" (2019) avec comme thème l'inversion des rôles, donc des sexes, non sans humour. Pour arriver à leurs fins, nos deux héros consultent un mystérieux et farfelu chaman, incarné par Milan Kallouche (du label de Grand Corps Malade, Anouche Productions), amateur de chorba et de chat, qui va leur permettre de se glisser dans la peau de l'autre pendant 24 heures. Le musicien va alors faire l'étrange expérience de comprendre "la charge mentale", d'être interpellée en pleine rue, et "critiquer les gens avec ses copines du matin au soir", pendant que Suzane, sous les traits de Grand Corps Malade, va pouvoir faire la fête avec ses potes, et se libérer de la pression sociétale de l'horloge biologique : "Si je veux pas d'enfant/Personne en fera tout un cirque."

"Pendant 24h", un clip savoureux à la fin surprenante, qui traite d'un sujet grave sur une idée de Suzane, plus que jamais d'actualité, avec néanmoins une touche de légèreté...

Voir les commentaires

Clip "Tick Tock" de Clean Bandit & Mabel Feat 24 kGoldn 2020

Publié le par Annie et Kristel

C'est toujours avec plaisir que nous découvrons un nouveau clip de Clean Bandit, comme cela avait été le cas avec "Solo" Feat Demi Lovato, déjà chroniqué sur notre blog. "Tick Tock" signe leur grand retour aux côtés de Mabel et de 24kGoldn accompagné d'une vidéo colorée et féerique.

Avec ce single entraînant aux sonorités électro-pop mêlées aux violons, sa marque de fabrique, Clean Bandit nous propose un futur tube en puissance. Révélé en 2013 avec "Rather Be", le trio britannique a poursuivi son ascension avec "Rockabye", "Symphony", "I Miss You" et "Solo", respectivement partagés avec Anne-Marie et Sean Paul, Zara Larsson, Julia Michaels ainsi que Demi Lovato.

Deux ans après l'album "What Is Love?", Clean Bandit compte bien retrouver le sommet des charts avec "Tick Tock" (rien à voir avec le célèbre réseau social du même nom), enregistré avec la fille de la chanteuse Neney Cherry, Mabel, révélée par le hit "Don't Call Me Up", et le rappeur 24kGoldn.

Le clip, pétillant et acidulé, nous entraîne au cœur d'une fête dans une maison ressemblant à une horloge à coucou, au beau milieu d'une forêt magique, bordée de glaciers. Tandis que Mabel enchaîne les chorégraphies, 24kGoldn se pare d'or, et Grace Chatto, figure charismatique de Clean Bandit, se prélasse dans une baignoire remplie de pop-corn.

Mais comme toujours avec Clean Bandit, les apparences sont trompeuses, car en réalité, la chanson, écrite juste avant la pandémie, évoque une relation amoureuse obsessionnelle. En cela, le clip, réalisé par Clean Bandit, prend une direction différente avec une approche plus légère, d'où son charme. Jack Patterson, l'un des membres du groupe, a déclaré que le tourner dans les conditions imposées par le confinement s'était avéré complètement fou, même si la collaboration avec Mabel et 24kGoldn avait été facilitée par une bonne entente.

Contrairement à Mabel, britannique comme Clean Bandit, donc physiquement présente pendant le tournage, l'américain 24kGoldn, retenu à Los Angeles durant le lockdown, n'a pu y participer qu'à distance, comme l'explique Grace Chatto, ce qui ne se voit absolument pas à l'écran grâce aux merveilles de la technologie. 

"Tick Tock", co-écrit par Mabel, 24kGoldn, Kamille, Grace Chatto, Jack Patterson, produit par ces deux derniers et Mark Ralph, est également le premier single du troisième album de Clean Bandit.

A noter qu'une version acoustique de "Tick Tock" sans 24kGoldn, a récemment été mise en ligne avec les participations de Clean Bandit et de Mabel, plus sobre, mettant en valeur la voix de cette dernière. Deux facettes d'un même single solaire que vous pourrez tous deux retrouver à la fin de cette chronique.

"Tick Tock", un condensé de bonne humeur, parfait pour s'évader pendant quelques minutes dans un univers festif et enchanteur, loin de ces temps troublés...

Voir les commentaires

Album "Sainte-Victoire" de Clara Luciani super-édition Initial Artist Services 2019

Publié le par Annie et Kristel

A l'occasion de la récente mise en ligne du clip animé "La Baie" de Clara Luciani, retour sur son album événement "Sainte-Victoire", chroniqué ici en super-édition comprenant 5 titres supplémentaires.

Clara Luciani est devenue grâce à son talent, son charisme, sa volonté, une valeur sûre de la scène musicale française, confirmée par 2 victoires de la musique ; celle de la révélation scène en 2019 et la deuxième en 2020 en tant qu'artiste interprète féminine. Une silhouette gracile, de longs cheveux qui font penser à la discrète Françoise Hardy que Clara apprécie beaucoup, une voix grave et assurée, voilà ce qui caractérise Clara Luciani.

Petit rappel de sa carrière : en 2010, elle se fait connaître au sein du groupe de rock français La Femme en y assurant l'une des voix féminines avant de le quitter et de former le duo Hologram avec Maxime Sokolinski. Puis en 2015/2016, l'auteure-compositrice-interprète accompagne sur scène le chanteur Raphaël dans le cadre de sa tournée "Somnambules". Par la suite, toujours en 2016, elle enregistre un duo avec le rappeur Nekfeu sur le titre "Avant tu riais" pour l'album de ce dernier "Cyborg". Mais sa carrière solo démarre vraiment en 2017 avec la parution de son EP "Monstre d'amour", salué par la critique, composé de 4 titres, en parallèle de sa première partie pour Benjamin Biolay, suivi en 2018 de l'album "Sainte-Victoire" qui reçoit un excellent accueil dans les médias. Depuis, c'est la consécration.

A ce jour, l'opus, certifié double disque de platine, existe en 3 éditions différentes : la première (l'originale au visuel orange) compte 11 titres, la deuxième (réédition au visuel jaune) en comprend 15 dont 4 inédits. Enfin, la dernière (la super-édition au visuel jaune doré en format digipack ou celle dont nous allons vous parler aujourd'hui, orange type édition originale avec boitier cristal) propose 20 chansons dont 5 inédits. En musicienne accomplie (la guitare étant son instrument de prédilection), elle a, comme pour son EP, confié la réalisation et les arrangements de "Sainte-Victoire" à Ambroise Willaume (SAGE, Revolver, Woodkid), Benjamin Lebeau (The Shoes, Julien Doré, Raphaël) mais aussi, petite nouveauté, Yuksek (remixer de Lykke Li, Lana Del Rey, Brigitte).

Nous avons, pour notre part, découvert l'univers à la fois actuel et rétro de Clara Luciani avec sa chanson clippée "La Grenade", un titre fort, percutant, féministe, tout ce qui définit la jeune femme au tempérament affirmé, comme elle le prouve régulièrement sur les réseaux sociaux en soutenant ses convictions (tolérance, droits des femmes et des artistes durant cette grave crise sanitaire). Ses textes sont très personnels, intimes, passionnés, parfois mélancoliques ("On ne meurt pas d'amour"), dont on devine derrière cette force des fêlures, une vulnérabilité, lucide sur notre époque (le bien nommé "Drôle d'époque") ainsi qu'une certaine sensualité ("Emmanuelle"). Les paroles sont également reliées les unes aux autres par des allusions sur son parcours, son album et ses compositions.

"Nue", l'amusant son clippé à l'hôtel Métropole de Bruxelles par Brice VDH avec la participation du chanteur du groupe Feu ! Chatterton, Arthur Teboul, en est la preuve. Mis à part "Comme toi" et "Monstre d'amour", tous deux déjà présents sur le EP de Clara datant de 2017, "Sainte-Victoire" réserve bien des surprises avec deux feats étonnants : "Qu'est-ce que t'es beau" avec Philippe Katerine, une adaptation décalée du titre "Qu'est-ce que t'es belle" par Catherine Ringer et Marc Lavoine, mais surtout "La chanson de Delphine", issue du film culte "Les demoiselles de Rochefort" (qui tient une place importante dans notre cœur) aux côtés du mystérieux Vladimir Cauchemar.

 Un bel hommage rendu à Jacques Demy et Michel Legrand, dans la continuité de la version d'origine, une merveilleuse chanson d'amour. "Ma sœur", véritable ode de Clara Luciani à sa sœur Ehla (Léa de son vrai prénom), elle aussi chanteuse, qui a assuré la première partie de son premier concert à l'Olympia en 2019, est également une chanson phare de l'album, tonique, accompagnée d'un clip toujours réalisé par Brice VDH (Julien Doré, Roméo Elvis, Angèle) et Simon Vanrie, mettant en scène l'artiste aux côtés de sa sœur, du mannequin Caroline De Maigret, de la journaliste et écrivaine Sophie Fontanel, mais aussi des meilleures amies de Clara, Emilie Crambes, Sarah Benabdallah et Lisa Boostani, des moments de belle complicité ponctuées d'images d'archives.

 Enfin, "La Baie", le petit dernier, se décline en deux clips : le premier suivant Clara en tournée avec ses musiciens et le deuxième, sorti récemment en version animée colorée, pleine d'aventure et de fantaisie. "La Baie" est en fait l'adaptation française du titre "The Bay" du groupe britannique Metronomy, issu de leur album "The English Riviera".

Difficile de faire un choix, mais parmi les titres clippés de "Sainte-Victoire", nous en avons sélectionné trois : "Ma sœur", "La chanson de Delphine" et "La Baie" version animée, disponibles à la fin de cette chronique.

Enfin, côté actu récente, sachez que Clara Luciani, actuellement présente en tant que membre du jury au festival du film francophone d'Angoulême (2020), a également repris avec l'un des membres du groupe Franz Ferdinand, Alex Kapranos, "Summer Wine", cover du titre de Nancy Sinatra et de Lee Hazlewood, déjà réinterprété par le regretté Alain Bashung, Lana Del Rey ou encore Bono de U2. La pochette de "Summer Wine", qui ne figure pas sur 'Sainte-Victoire" est dessinée par Clara, excellente illustratrice. Le clip, tourné dans le désert, se veut quand à lui sobre, mettant en avant une alchimie évidente entre les deux artistes.

En attendant la tournée de Clara Luciani en 2021, (re)découvrez cet excellent album au titre prémonitoire "Sainte-Victoire"...

Album "Sainte-Victoire" de Clara Luciani super-édition Initial Artist Services 2019

Voir les commentaires

Clip "Nos Célébrations" de Indochine 2020

Publié le par Annie et Kristel

Pour fêter ses 40 ans de carrière, Indochine revient avec une actualité chargée dont le single "Nos Célébrations" accompagné d'un clip aux nombreux clins d'œil et références à l'histoire du monde et du groupe.

40 ans, déjà ! Indochine s'apprête à les fêter dignement avec au programme la sortie de deux compilations dans différentes éditions, "Singles Collection". La première, prévue pour le 28 août prochain, couvrira les 20 dernières années (2001-2021) et comprendra les tubes "J'ai demandé à la lune", "Alice & June" ou "La vie est belle". La seconde, disponible dès le 27 novembre, se concentrera sur les 20 premières années d'Indochine (1981-2001) avec les éternels tubes "L'aventurier", "Canary Bay", "3 nuits par semaine", "Les Tzars".

Le groupe espère également retrouver son public, les Indofans, dans une tournée des stades, le Central Tour (voir ci-dessus l'affiche du photographe Erwin Olaf, déjà à l'origine du visuel de leur album "13", que nous avions chroniqué sur notre blog), qui comportera de nombreuses dates dont une à ne pas manquer, le 19 juin 2021 au Stade de France avant la sortie d'un film sur l'aventure Indochine le 29 septembre 2021.

 Afin de nous faire patienter, le groupe nous offre un premier extrait, "Nos Célébrations" avec un clip animé en noir et blanc où Nicola Sirkis apparaît à bord d'un train, le regard perdu, nostalgique, dans la contemplation d'un paysage désolé qui arbore notamment des symboles historiques (La chute du mur de Berlin, l'ex-URSS, les manifestations de la place Tian'anmen, la guerre en Irak, le 11 septembre, le Bataclan, l'écologie, Greta Thunberg, le mariage pour tous), et politiques (François Mitterrand, Simone Veil, Donald Trump, Nelson Mandela) de ces 40 dernières années, les idoles de Nicola Sirkis (David Bowie, Serge Gainsbourg) sans oublier Marguerite Duras et Jacques Higelin.

 On trouve aussi des références au parcours du groupe, à l'image des drapeaux de l'album "13" ou une immense sculpture en forme de croix, ici incrustée d'écrans, celle de "Paradize", que finit de regarder Nicola Sirkis. Un clip ingénieux en forme de voyage à travers les époques, hommage au temps qui passe et qui laisse une empreinte indélébile, comme un parfum d'éternité. C'est tout cela l'histoire du groupe Indochine.

Faites comme nous et amusez-vous à reconnaître les figures marquantes et événements majeurs du 20ème et 21ème siècle avec "Nos Célébrations" tout en fredonnant ses paroles entêtantes : ​​​​​"A la nuit/A y croire/A nos célébrations/Sauver sa peau/Sauver son nom/A ne garder que le beau/Je suis la fille/Je suis le garçon/C'est nos célébrations."

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>