Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

musique & clips

Clip "Something Human" de Muse 2018

Publié le par Annie et Kristel

Gros coup de cœur pour ce clip de Muse "Something Human", troisième extrait du futur album du groupe intitulé "Simulation Theory", le huitième à leur actif, qui sortira le 9 novembre 2018. Autant vous dire que nous avons vraiment hâtes de l'écouter. Après "Dig down" et "Though contagion", qui faisait danser des zombies, nous retrouvons l'ambiance rétrofuturiste chère à Muse depuis peu avec ce mélange d'objets anciens comme des K7 VHS et une technologie ultra-moderne. 

Le clip débute par une course-poursuite en voiture, et pas n'importe laquelle, puisqu'il s'agit d'une superbe Lamborghini rouge, sur une route menant droit vers un vortex temporel rappelant "Tron" mais aussi "Retour vers le futur" (voir photo ci-dessus). On reconnaît aussi des allusions à d'autres vidéos clippées du groupe, "The Dark Side" (le nom que l'on aperçoit sur la plaque d'immatriculation de la Lamborghini) et "Pressure", également issues de "Simulation Theory". Ce clip est un véritable bonheur pour tout bon geek, grâce à ses clins d'œil, à l'image de la cabine téléphonique qui fait penser au célèbre vaisseau voyageur de la mythique série "Doctor Who", Negan et "The Walking Dead", l'un des membres du groupe ayant le même look que ce personnage, sans oublier son inséparable batte Lucille. La transformation du leader Matt Bellamy en loup-garou est, quand à elle, aussi surprenante qu'amusante, évoquant le fameux film de John Landis "Le loup-garou de Londres".

"Something human" est un titre entêtant, sublimé par un clip original, truffé d'effets spéciaux, visuellement magnifique et délicieusement rétro. A déguster sans modération...

Voir les commentaires

Nouveau clip de Tal "ADN" 2018

Publié le par A & K

Hier, nous avons découvert le dernier clip de Tal "ADN", nouvel extrait de l'album "Juste un rêve". Émotion, c'est ce qui caractérise le mieux cette chanson très personnelle, où Tal met son cœur à nu en devoilant sa plus grande blessure : l'abandon de son père.

"J'ai mal à l'âme, à l'ADN/Mais qu'est-ce que j'dois faire pour que tu m'reviennes ?"

Le clip débute par l'apparition de Tal au piano, suivie d'une alternance d'archives intimes et de reconstitutions qui reviennent sur son enfance et son passé, révélant des moments de bonheur, d'insouciance et de complicité en compagnie de sa famille, où planent l'ombre de son père absent. Heureusement, Tal est une jeune femme forte et courageuse qui a su aller au delà de son chagrin en poursuivant son rêve: vivre de sa passion pour la musique. Tout au long de cette vidéo et en particulier lors de sa conclusion, la chanteuse a les larmes aux yeux, comme si les mots restaient au bord des lèvres. On sent son désarroi qui n'est pas factice ou calculé. Impossible de rester de glace face à cette détresse qui nous submerge à notre tour. Pour info, Tal a longuement hésité avant d'inclure ce titre aux souvenirs bien trop douloureux dans l'album. Elle a finalement décidé de partager cela avec ses fans. Un futur tube au refrain entêtant...

Voir les commentaires

Clip "Thunderclouds" de LSD (avec Labrinth, Sia et Diplo) 2018

Publié le par Annie et Kristel

Pour bien préparer la rentrée, quoi de mieux que de découvrir le nouveau clip du groupe LSD composé du Britannique Labrinth, de l'Australienne Sia qu'on ne présente plus et dont nous suivons la carrière avec intérêt, ainsi que de l'Américain Diplo, membre de Major Lazer, mais aussi DJ, producteur, auteur et rappeur. 

Dans "Thunderclouds", nouvel extrait du futur album à venir en fin d'année, nous retrouvons l'univers coloré, psychédélique de LSD, qui porte décidément très bien son nom. Nous vous avions déjà parlé d'un autre de leurs sons, "Audio". Une surprise est présente dans cette vidéo : le retour de Maddie Ziegler, danseuse et alter-ego de Sia, aujourd'hui âgée de 15 ans, apparue notamment dans "Chandelier" et "Cheap Thrills", portant de nouveau la célèbre perruque bicolore reconnaissable entre toutes.

L'histoire débute avec les membres du groupe en compagnie de Maddie dans une fourgonnette magique, qui, ô miracle, peut voler. En chemin, ils rencontrent un petit nuage polymorphe. De très beaux effets visuels, de la douceur, de la fantaisie. Tout est réuni pour nous faire passer un bon moment musical. A vous de découvrir ce qui s'annonce comme un futur tube...

A noter que cette chanson a été utilisée pour la nouvelle publicité concernant le Samsung Galaxy Note 9.

Voir les commentaires

Album "Souldier" de Jain Columbia 2018

Publié le par Annie et Kristel

Après le très réussi "Zanaka", certifié disque d'or et comportant les tubes "Come", "Makeba" et "Dynabeat", Jain revient en force avec ce deuxième album, "Souldier", en anglais, à l'image d'autres artistes français (HollySiz). Nous l'attendions avec impatience et il s'est révélé à la hauteur de nos attentes.

Nous avions déjà une idée de la future couleur musicale de cet opus grâce au premier extrait "Star", un up-tempo efficace, et surtout "Alright". Pour info, ce dernier a été magnifiquement clippé par Greg & Lio, déjà à l'origine de ses autres singles, mais aussi de ceux d'autres artistes comme Jenifer et bien sûr le fameux "Basique" d'Orelsan pour lequel ils ont remporté le prix du meilleur clip lors des Victoires de la Musique 2018, tout comme cela avait été le cas pour Jain qui avait gagné deux récompenses lors de cette cérémonie en 2017 (meilleur clip avec Greg & Lio et artiste féminine de l'année). Jain possède un style visuel bien à elle entre trompe-l'oeil, voyages clippés, et vêtements spécifiques: petite robe noire à col Claudine au moment de "Zanaka" et plus récemment une combinaison bleue, déclinaison du fameux bleu de travail. Deux tenues signées par la célèbre styliste Agnès B.

Jain a passé avec brio le cap délicat du deuxième album en restant fidèle à son univers empreint de diverses influences, qualifié de pop multiculturelle, positif, frais, dansant, aux inflexions reggae qu'on retrouve dans "Feel it", même si il est également question de sujets plus mélancoliques (la rupture sentimentale avec "Alright"). Une tristesse qui s'explique peut-être par le fait que "Souldier" soit né après la tragique fusillade d'Orlando survenue en 2016. Cependant, l'espoir et l'envie d'aller de l'avant sont toujours intacts, tout comme les incursions orientales ("Abu Dhabi"). Par ailleurs, une surprise de taille attend l'auditeur avec le surprenant sample du thème de l'animé "L'inspecteur Gadget" sur "Inspecta", aux sonorités plus hip-hop, dont elle rêvait depuis longtemps. Son timbre de voix, son côté citoyenne du monde assumé, sa discrétion, son enthousiasme communicatif, son énergie qu'elle transmet sur scène, la rendent sympathique, accessible. C'est tout cela que nous apportent les 10 titres de cet album solaire qui passe bien trop vite et s'achève par "Souldier", justement.

Une écoute que nous ne pouvons que vous conseiller en attendant, peut-être, un futur opus en français.

Album "Souldier" de Jain Columbia 2018

Voir les commentaires

Nouvel album de Damso "Lithopédion" Capitol/Universal 2018 Version CD

Publié le par A & K

Quoi de mieux pour commencer la semaine qu'une petite chronique musicale orientée rap avec le troisième album de Damso, de son véritable nom William Kalubi alias Dems, intitulé "Lithopédion", enregistré à Ixelles, Bruxelles.

Un titre bien énigmatique pour une définition toute simple. En effet, Lithopédion qualifie un fœtus mort et calcifié. Ce choix en lui seul donne le ton de cet opus, plutôt sombre, désabusé et très personnel, peut-être plus dérangeant encore que le célèbre "Ipséité", (son précédent album, dont le titre au terme encore une fois peu utilisé définit le caractère d'une personne, porté par le succès de "Macarena"), à qui il est sans cesse comparé. La pochette de "Lithopédion" n'est pas non plus passée inaperçue puisque certains lui ont trouvé une ressemblance trop évidente avec celle du rappeur anglais Wiley "Evolve or be extinct", à savoir une photo en noir et blanc d'un œil. Interrogé à ce sujet, le graphiste à l'origine du visuel de "Lithopédion", Romain Garcin, se défend en expliquant qu'il ne s'est basé que sur la demande de Damso, pas forcément dans l'idée de plagier. Et après tout, ce qui compte pour nous, c'est le résultat.

Cet album est composé de 17 titres dont "Smog", premier single dont il est extrait. A retenir aussi "Silence" avec Angèle en feat, sœur de Roméo Elvis, compatriote belge de Damso, "Tard la Night", "Festival de Rêves", "William" (comme son prénom), et surtout le fameux "Julien", qui traite du sujet très sensible qu'est la pédophilie et son processus menant un être humain à se sentir sexuellement attiré par des enfants. Difficile à comprendre.

Décidément, rien ne fait peur à Dems qui ne se trouve jamais là où on l'attend. La preuve avec "Maria Maria", un son qu'il a récemment composé et écrit pour... Kendji Girac !!! Une info étonnante et peu connue. Un très bon album qui mérite d'être écouté, voire même réécouté afin de saisir toutes les subtilités de ses textes. Il existe aussi une version Explicit (non censurée) disponible notamment en MP3 proposant 18 titres dont "Ipséité", en référence à son second album.

A noter que Damso sera en tournée à partir du 16 novembre 2018 et s'arrêtera à Paris (Accorhotel Arena ou si vous préférez Bercy) le 4 décembre 2018.

Damso "Lithopédion" Capitol/Universal 2018 Version CD

Nouvel album de Damso "Lithopédion" Capitol/Universal 2018 Version CD

Voir les commentaires

Clip "Solo" de Clean Bandit Feat Demi Lovato 2018

Publié le par Annie et Kristel

Gros plan sur le groupe Clean Bandit et leur nouveau single "Solo" en collaboration avec Demi Lovato...

Clean Bandit est un trio anglais originaire de Cambridge découvert par le grand public grâce à "Rather be" (avec la chanteuse Jess Glynne) qui se déroulait au Japon. Nous avons tout de suite adhéré à leur univers électro-pop mélangeant divers instruments de musique, parfois plus classiques. Il est constitué de trois amis de longue date (anciennement quatre), la chanteuse et violoncelliste Grace Chatto, le batteur Luke Patterson et Jack Patterson, aux claviers/basse/voix. Leur particularité et leur force résident aussi dans leurs clips arborant leur logo en filigrane, ainsi qu'un double sens cachant souvent des sujets plus graves par le biais de trompe-l'oeil, comme par exemple "Rockabye" feat Sean Paul et Anne-Marie, qui évoquait le quotidien difficile d'une maman célibataire obligée de faire de la pole dance pour élever son enfant.

Une certaine gravité également présente dans ce nouveau son de Clean Bandit avec Demi Lovato "Solo", extrait de leur album "What is love?" où l'on retrouve d'autres collaborations. Le clip, réalisé par Grace Chatto assistée de Jack Patterson, reste fidèle à cet esprit. Mais le plus étonnant est de constater la différence entre la vidéo qui retrace l'histoire d'une jeune femme campée par Grace Chatto, victime de violences conjugales, qui saura trouver la meilleure solution d'une façon aussi inattendue que colorée, originale, et le texte, plus mélancolique, autour d'une rupture impossible à surmonter pour Demi Lovato qui pose sa voix sur "Solo" et apparaît également dans le clip.

Attendez, ce n'est pas fini. Comme la jeune femme n'arrive pas à oublier l'homme qu'elle aimait, elle préfère désormais les plaisirs solitaires. Oui, c'est bien ce que vous avez compris. N'en demeure pas moins une excellente collaboration, avec ou sans sens caché...

 

Voir les commentaires

Clip d'Ariana Grande "God is a woman" 2018

Publié le par Annie et Kristel

Aujourd'hui, nous avions envie de partager avec vous ce magnifique clip d'Ariana Grande "God is a woman", nouvel extrait de son album "Sweetener" à paraître le 17 août prochain, réalisé par le grand Dave Meyers, déjà à l'origine des deux précédentes vidéos de la chanteuse, "The light is coming" avec Nicki Minaj et le tout aussi superbe "No tears left to cry", énorme succès qui rendait hommage aux victimes de l'attentat survenu lors de son concert à Manchester, en faisant discrètement apparaître une abeille, symbole de la ville, en guise de conclusion.

Pour info, Dave Meyers a également réalisé de nombreux clips de Kendrick Lamar dont le fameux "All the stars" en duo avec SZA ainsi que "Wait" de Maroon 5, dont nous vous avions déjà parlé sur le blog.

Peut-être avez-vous déjà vu "God is a woman" ? Si ce n'est pas encore le cas, ces quelques petits détails vont sûrement vous donner envie d'y remédier. En effet, Ariana Grande y émerge d'une voie lactée multicolore, le corps dénudé plongé dans une mer de peinture. Puis, transformée en femme géante à New York, gardant son calme face aux insultes masculines, Ariana semble dominer la situation, tout comme lorsqu'elle apparaît dans l'espace, enjambant la terre de ses jambes (voir miniature YouTube), également présente dans la flamme d'une bougie, sous d'immenses cuisses de femmes, le cœur de la vie. Enfin, le clip se termine avec une version entièrement féminine du célèbre tableau de Michel-Ange "La création d'Adam". Surtout ne manquez pas le passage où Ariana Grande lance un marteau façon Thor. Vous aurez une petite surprise car la star qui prête sa voix à ce monologue n'est autre que... Madonna, venue faire une apparition vocale !!!

Au vu du récent scandale de l'affaire Wenstein, les mouvements #metoo, #balancetonporc et l'importante vague féministe qui s'en est suivie, il était logique qu'Ariana Grande y prenne part avec cette vidéo aussi magnifique qu'engagée. À voir...

Voir les commentaires

Album "Il suffit d'y croire" de Hoshi Jo & Co 2018

Publié le par Annie et Kristel

En pleine période d'éclipse de lune, de nuit des étoiles (également filantes), nous avons pensé que c'était le moment idéal pour chroniquer l'album de Hoshi "Il suffit d'y croire".

À 14 ans, Hoshi, de son vrai nom Mathilde Gerner, a fait le vœu en contemplant une étoile filante de réussir dans ce qui lui tient le plus à cœur: sa passion, la musique. Elle a donc pris le pseudo d'Hoshi, qui signifie étoile en japonais, pour y arriver. Et son vœu a été exaucé. Hoshi a tout pour nous plaire: les étoiles, son amour pour la culture japonaise, mangas compris, sans oublier le talent. Cette versaillaise de 21 ans a déjà un beau parcours. Sept ans de persévérance, d'ambition, de courage et d'espoir récompensés. Ses participations très remarquées dans "Rising Star", et "The voice" en 2014, lui ont permis de sortir un premier EP en 2017 "Comment je vais faire" (du nom de son tube) où figurent "Tout est gris" et "Parking sonne". Cette jeune auteure compositrice interprète a un caractère bien affirmé, et c'est d'ailleurs ce que nous apprécions chez elle. En effet, parce que la production du télé-crochet "The Voice" lui demandait de chanter "Le petit bal perdu" de Bourvil qui ne correspondait pas à son univers musical (elle est plus proche de Jacques Brel), Hoshi a préféré partir pour rester fidèle à son éthique. Une bonne décision puisque l'équipe de l'émission "Rising Star" a ensuite fait appel à elle. Cette force, cette rage et cette franchise se ressentent dans sa musique mais surtout dans sa voix au timbre si particulier, rauque,  grave.

Ses textes sont également très personnels. Hoshi compose quelle que soit son humeur, triste ou joyeuse, fait plutôt rare pour un artiste qui préfère créer dans la mélancolie. Son album est à son image : authentique et plus que jamais influencé par la culture nippone avec sa coiffure, ses vêtements et même la pochette de son album où son nom est présenté comme un Obi (non, pas la ceinture traditionnelle japonaise éponyme), mais plutôt une bande de papier typique des imports de l'Empire du Soleil-Levant, que l'on retrouve notamment sur les jeux vidéos mais surtout les disques. Son aisance à jouer de divers instruments comme le piano dès l'âge de 6 ans et la guitare dès 14 ans grâce à la chanson "Zombie" du groupe Cranberries, véritable déclic pour elle, constituent une polyvalence et une qualité très appréciables.

Ce premier album suit donc le EP de 2017 avec 12 titres où l'amour et la séduction y tiennent une place prépondérante comme dans "Comment je vais faire", "Je vous trouve très beau" co-composé par Gaëtan Roussel de Louise Attaque, ou la déception dans "Femme à la mer" qui revient également avec ironie sur les ravages de l'alcool, et bien sûr l'autre grand titre de l'opus "Ta marinière".

Nous avons aimé ce côté naturel, sincère, touchant qui rendent Hoshi à la fois décidée et vulnérable.

Album "Il suffit d'y croire" de Hoshi 12 titres Jo & Co 2018

 

Voir les commentaires

Clip "Thinking" (Live Session) de Noroy 2018

Publié le par Annie et Kristel

Attention talent !!!

Comme vous avez pu le constater, la musique est une de nos passions et nous aimons ainsi découvrir de nouveaux sons. Quoi de mieux pour cela que la rubrique matinale "French" de la chaîne NRJ Hits et bien sûr YouTube. Aujourd'hui, zoom sur le duo Noroy et son premier single "Thinking".

Noroy, composé de Clément Mouillard et Brice Lebel, nous a tout de suite séduites. Originaires de Caen (décidément, la Normandie est un vivier de talents !), l'univers musical électro-pop de ces deux jeunes multi-instrumentistes chanteurs, unis par une longue amitié, n'est pas sans nous rappeler Petit Biscuit ou Disclosure.

Ce clip qui propose une version live de leur single "Thinking" (disponible en digital chez Roy Music) a pour magnifique cadre le château de Caen. La force de Noroy réside dans cette excellente entente entre les deux musiciens, accentuant davantage leur complémentarité. Leurs voix à la fois si semblables et différentes (l'une, plus fragile, l'autre plus affirmée) est comme un miroir et le reflet de nos propres émotions. Leur atout : allier avec aisance le chant, la composition et bien sûr la production. De plus, leur enthousiasme, leur implication et leur amour de la musique sous toutes ses formes sont communicatifs, contribuant à nous transmettre sans aucune difficulté ce tourbillon de sentiments grâce à "Thinking", un titre solaire, parfait pour l'été, entraînant, qui donne envie de danser jusqu'au bout de la nuit...

À découvrir, en attendant avec intérêt la sortie d'un futur album ou EP.

Voir les commentaires

Album de Shaka Ponk "The Evol" Tôt ou Tard/Wagram 2018

Publié le par A & K

Bon d'accord, cet album est sorti en novembre 2017 mais nous venons seulement de l'écouter et n'avons pas pu résister à l'envie de vous en parler.

Shaka Ponk, un étrange nom qui prend sa source lors de la formation du groupe, qui voulait un esprit mêlant rock, électro, métal mâtiné d'un côté bouddhiste. En effet, Shaka est le nom du premier Bouddha, qui signifie aussi prêtre en Malais. Quand à Ponk, il s'agit du nom d'une tribu amérindienne. Sans oublier le mouvement punk (comme le Shake des percussions pour Shaka), ce qui peut ajouter un double sens au patronyme, que chacun peut interpréter comme il le ressent.

Ce groupe aux sonorités américaines (qui chante d'ailleurs principalement en anglais) et à l'énergie débordante, communicative, en particulier lors de mémorables concerts où le leader, Frah, alias François Charon, n'hésite pas à donner de sa personne en se jetant dans la foule, est pourtant bien français. Il est composé de 6 membres, Frah, Mandris, C.C, Ion, Steve, Sam (Samaha Sam, également au chant), ainsi que Goz le singe, la mascotte en images de synthèse qui les suit partout. Ce sixième album, "The Evol", marque avant tout par le choix de sa pochette très controversée (conçue par Frah avec des personnages en 3D) représentant une jeune fille embrassant un singe. Au delà de la provocation qui pourrait être interprétée par certains comme de la zoophilie, on peut au contraire y voir un symbole de tolérance, de mixité chers à Shaka Ponk. Surtout, et c'est l'un des membres du groupe, Steve, qui l'explique lors d'une interview, le nom de l'album est très important. Evol, c'est Love à l'envers, également proche d'evil. La pochette peut donc évoquer l'amour ou le mal et les décisions que l'on doit prendre dans la vie. Survitaminé, cet opus permet de retrouver ce qui fait la force de cette famille (c'est comme cela que les membres se considèrent), pour notre plus grand plaisir, à savoir un son puissant, une production efficace, des mélodies entêtantes qui donnent envie de danser et d'oublier pendant quelques minutes les problèmes du quotidien. Certains titres sont à retenir comme "Wrong Side", "Bunker", "Mysterious Ways" ou le super "Gung Ho", qui a d'ailleurs été le premier extrait à être clippé. Plus surprenant, le son "Slam & Slam'Ed" contient une impro qu'Edouard Baer utilise souvent pour commencer son émission sur Radio Nova "Plus près de toi". Mais surtout, la ballade "Summer Camp" pour laquelle nous avons eu un coup de cœur, amorce une sobriété sans effet de style, qui prouve que Shaka Ponk sait se renouveler et nous surprendre. Ce groupe iconoclaste est de plus bien conscient des problèmes liés à l'environnement et à la sauvegarde de notre planète, ce qui mérite d'être mentionné. Il travaille en effet en étroite collaboration depuis peu avec la fondation Nicolas Hulot pour la nature et l'homme. Un geste noble. Enfin, Shaka Ponk, après une Victoire de la musique en 2013 pour leur tournée The Geeks Tour, en a remporté une deuxième en 2018 pour "The Evol" dans la catégorie Meilleur album Rock. 

Si vous aimez la musique puissante, qui vous fera vibrer, "The Evol" est fait pour vous.

 Album de Shaka Ponk "The Evol" 13 titres Tôt ou Tard/Wagram 2017

Album de Shaka Ponk "The Evol" Tôt ou Tard/Wagram 2018

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>