Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #musique & clips tag

Album "Il suffit d'y croire" de Hoshi Jo & Co 2018

Publié le par Annie et Kristel

En pleine période d'éclipse de lune, de nuit des étoiles (également filantes), nous avons pensé que c'était le moment idéal pour chroniquer l'album de Hoshi "Il suffit d'y croire".

À 14 ans, Hoshi, de son vrai nom Mathilde Gerner, a fait le vœu en contemplant une étoile filante de réussir dans ce qui lui tient le plus à cœur: sa passion, la musique. Elle a donc pris le pseudo d'Hoshi, qui signifie étoile en japonais, pour y arriver. Et son vœu a été exaucé. Hoshi a tout pour nous plaire: les étoiles, son amour pour la culture japonaise, mangas compris, sans oublier le talent. Cette versaillaise de 21 ans a déjà un beau parcours. Sept ans de persévérance, d'ambition, de courage et d'espoir récompensés. Ses participations très remarquées dans "Rising Star", et "The voice" en 2014, lui ont permis de sortir un premier EP en 2017 "Comment je vais faire" (du nom de son tube) où figurent "Tout est gris" et "Parking sonne". Cette jeune auteure compositrice interprète a un caractère bien affirmé, et c'est d'ailleurs ce que nous apprécions chez elle. En effet, parce que la production du télé-crochet "The Voice" lui demandait de chanter "Le petit bal perdu" de Bourvil qui ne correspondait pas à son univers musical (elle est plus proche de Jacques Brel), Hoshi a préféré partir pour rester fidèle à son éthique. Une bonne décision puisque l'équipe de l'émission "Rising Star" a ensuite fait appel à elle. Cette force, cette rage et cette franchise se ressentent dans sa musique mais surtout dans sa voix au timbre si particulier, rauque,  grave.

Ses textes sont également très personnels. Hoshi compose quelle que soit son humeur, triste ou joyeuse, fait plutôt rare pour un artiste qui préfère créer dans la mélancolie. Son album est à son image : authentique et plus que jamais influencé par la culture nippone avec sa coiffure, ses vêtements et même la pochette de son album où son nom est présenté comme un Obi (non, pas la ceinture traditionnelle japonaise éponyme), mais plutôt une bande de papier typique des imports de l'Empire du Soleil-Levant, que l'on retrouve notamment sur les jeux vidéos mais surtout les disques. Son aisance à jouer de divers instruments comme le piano dès l'âge de 6 ans et la guitare dès 14 ans grâce à la chanson "Zombie" du groupe Cranberries, véritable déclic pour elle, constituent une polyvalence et une qualité très appréciables.

Ce premier album suit donc le EP de 2017 avec 12 titres où l'amour et la séduction y tiennent une place prépondérante comme dans "Comment je vais faire", "Je vous trouve très beau" co-composé par Gaëtan Roussel de Louise Attaque, ou la déception dans "Femme à la mer" qui revient également avec ironie sur les ravages de l'alcool, et bien sûr l'autre grand titre de l'opus "Ta marinière".

Nous avons aimé ce côté naturel, sincère, touchant qui rendent Hoshi à la fois décidée et vulnérable.

Album "Il suffit d'y croire" de Hoshi 12 titres Jo & Co 2018

 

Voir les commentaires

Clip "Thinking" (Live Session) de Noroy 2018

Publié le par Annie et Kristel

Attention talent !!!

Comme vous avez pu le constater, la musique est une de nos passions et nous aimons ainsi découvrir de nouveaux sons. Quoi de mieux pour cela que la rubrique matinale "French" de la chaîne NRJ Hits et bien sûr YouTube. Aujourd'hui, zoom sur le duo Noroy et son premier single "Thinking".

Noroy, composé de Clément Mouillard et Brice Lebel, nous a tout de suite séduites. Originaires de Caen (décidément, la Normandie est un vivier de talents !), l'univers musical électro-pop de ces deux jeunes multi-instrumentistes chanteurs, unis par une longue amitié, n'est pas sans nous rappeler Petit Biscuit ou Disclosure.

Ce clip qui propose une version live de leur single "Thinking" (disponible en digital chez Roy Music) a pour magnifique cadre le château de Caen. La force de Noroy réside dans cette excellente entente entre les deux musiciens, accentuant davantage leur complémentarité. Leurs voix à la fois si semblables et différentes (l'une, plus fragile, l'autre plus affirmée) est comme un miroir et le reflet de nos propres émotions. Leur atout : allier avec aisance le chant, la composition et bien sûr la production. De plus, leur enthousiasme, leur implication et leur amour de la musique sous toutes ses formes sont communicatifs, contribuant à nous transmettre sans aucune difficulté ce tourbillon de sentiments grâce à "Thinking", un titre solaire, parfait pour l'été, entraînant, qui donne envie de danser jusqu'au bout de la nuit...

À découvrir, en attendant avec intérêt la sortie d'un futur album ou EP.

Voir les commentaires

Album de Shaka Ponk "The Evol" Tôt ou Tard/Wagram 2018

Publié le par A & K

Bon d'accord, cet album est sorti en novembre 2017 mais nous venons seulement de l'écouter et n'avons pas pu résister à l'envie de vous en parler.

Shaka Ponk, un étrange nom qui prend sa source lors de la formation du groupe, qui voulait un esprit mêlant rock, électro, métal mâtiné d'un côté bouddhiste. En effet, Shaka est le nom du premier Bouddha, qui signifie aussi prêtre en Malais. Quand à Ponk, il s'agit du nom d'une tribu amérindienne. Sans oublier le mouvement punk (comme le Shake des percussions pour Shaka), ce qui peut ajouter un double sens au patronyme, que chacun peut interpréter comme il le ressent.

Ce groupe aux sonorités américaines (qui chante d'ailleurs principalement en anglais) et à l'énergie débordante, communicative, en particulier lors de mémorables concerts où le leader, Frah, alias François Charon, n'hésite pas à donner de sa personne en se jetant dans la foule, est pourtant bien français. Il est composé de 6 membres, Frah, Mandris, C.C, Ion, Steve, Sam (Samaha Sam, également au chant), ainsi que Goz le singe, la mascotte en images de synthèse qui les suit partout. Ce sixième album, "The Evol", marque avant tout par le choix de sa pochette très controversée (conçue par Frah avec des personnages en 3D) représentant une jeune fille embrassant un singe. Au delà de la provocation qui pourrait être interprétée par certains comme de la zoophilie, on peut au contraire y voir un symbole de tolérance, de mixité chers à Shaka Ponk. Surtout, et c'est l'un des membres du groupe, Steve, qui l'explique lors d'une interview, le nom de l'album est très important. Evol, c'est Love à l'envers, également proche d'evil. La pochette peut donc évoquer l'amour ou le mal et les décisions que l'on doit prendre dans la vie. Survitaminé, cet opus permet de retrouver ce qui fait la force de cette famille (c'est comme cela que les membres se considèrent), pour notre plus grand plaisir, à savoir un son puissant, une production efficace, des mélodies entêtantes qui donnent envie de danser et d'oublier pendant quelques minutes les problèmes du quotidien. Certains titres sont à retenir comme "Wrong Side", "Bunker", "Mysterious Ways" ou le super "Gung Ho", qui a d'ailleurs été le premier extrait à être clippé. Plus surprenant, le son "Slam & Slam'Ed" contient une impro qu'Edouard Baer utilise souvent pour commencer son émission sur Radio Nova "Plus près de toi". Mais surtout, la ballade "Summer Camp" pour laquelle nous avons eu un coup de cœur, amorce une sobriété sans effet de style, qui prouve que Shaka Ponk sait se renouveler et nous surprendre. Ce groupe iconoclaste est de plus bien conscient des problèmes liés à l'environnement et à la sauvegarde de notre planète, ce qui mérite d'être mentionné. Il travaille en effet en étroite collaboration depuis peu avec la fondation Nicolas Hulot pour la nature et l'homme. Un geste noble. Enfin, Shaka Ponk, après une Victoire de la musique en 2013 pour leur tournée The Geeks Tour, en a remporté une deuxième en 2018 pour "The Evol" dans la catégorie Meilleur album Rock. 

Si vous aimez la musique puissante, qui vous fera vibrer, "The Evol" est fait pour vous.

 Album de Shaka Ponk "The Evol" 13 titres Tôt ou Tard/Wagram 2017

Album de Shaka Ponk "The Evol" Tôt ou Tard/Wagram 2018

Voir les commentaires

Clip "On ne sauvera pas le monde ce soir" d'Antoine Galey 2018

Publié le par Annie et Kristel

Attention talent !!!

Encore une fois, merci à la chaîne NRJ Hits qui a pu, après Julia Guez et "Le Train" dont nous vous avions déjà parlé, nous permettre de découvrir grâce à sa rubrique (très) matinale "French", ce clip esthétique et original d'Antoine Galey "On ne sauvera pas le monde ce soir". La chanson est quand à elle forte, réaliste et émouvante. Elle est extraite du premier EP éponyme (mini album, paru chez Un plan simple) de ce jeune musicien aux allures d'emo boy, influencé par Chris Isaak, Eric Clapton ou encore Francis Cabrel. 

Antoine Galey, révélé à 16 ans par le télé-crochet "The Voice" où il était finaliste lors de sa cinquième saison dans l'équipe de Garou, est un artiste complet à la voix vibrante d'intensité et d'émotion, dont l'univers peut séduire le plus grand nombre. On devine en lui un côté écorché vif, fougueux, habité par sa musique.

"On ne sauvera pas le monde ce soir" est assurément un titre qui ne laisse pas indifférent, et Antoine Galey a l'étoffe d'un grand...

Voir les commentaires

Nouvel album de Kaaris "Dozo" Def Jam 2017

Publié le par A & K

Pour bien commencer la semaine, une petite chronique musicale autour d'un album sorti en 2017. D'accord, nous sommes légèrement en retard, mais un opus comme celui-ci mérite une grande attention, avec un rappeur ayant collaboré avec Booba (qu'on ne présente plus et avec qui il entretient des rapports compliqués), son ami Lacrim, Kalash Criminel, SCH, Gucci Mane ou encore Future.

Un an et demi après son très bon "Okou Gnakouri" (son vrai patronyme qui a donné son nom à ce précédent album), Kaaris, ses punchlines et son univers sont de retour, bien décidés à régner en maître sur le Rap Game. Produit par Double X, ce nouvel opus, son quatrième, alterne trap (style qu'il a d'ailleurs fait connaître dans l'hexagone), pop et racines africaines. Les diverses orientations musicales de K2A (comme il est couramment surnommé) font la richesse de son écriture forte et percutante. "Dozo" propose des sons dans cette veine comme "Menace", "Courez" ou "RPG". Une violence présente compilant sexe, substances illicites et armes de façon dure mais toujours maîtrisée. Kaaris, qui a été révélé au grand public avec "Le bruit de mon âme" et "Or noir" possède un style bien à lui, ironique, bouillonnant, enragé, plus que jamais présent dans ce nouvel album. Trois sons sont choisis en guise de singles "Dozo" ( comme l'album, dont le clip, bien que censuré sur Youtube, a remporté un franc succès), "Je suis gninnin, je suis bien" et "Kébra". "Bling Bling" lui permet également de faire un feat avec Kalash Criminel et Sofiane.

Cependant, il serait réducteur de ne s'attarder que sur ces sentiments, certes brutaux mais très personnels. Deux titres, "Marchand d'ivoire" et "Pas idée" sont intimes, différents. Nous sentons sa volonté, son envie de se remettre en question, sans pour autant perdre son énergie qui le caractérise. Kaaris, qui a vécu à Paris, Taverny (tout près de chez nous, oui, oui!) puis Sevran (ville à laquelle il est attaché) est par ailleurs un artiste très discret au quotidien, l'écriture étant pour lui un exutoire, comme pour tout auteur, une façon d'exorciser sa douleur, sans doute causée par son déracinement très jeune et la disparition de son père deux mois après sa naissance. Son cœur reste partagé entre la France et son pays d'origine, la Côte d'Ivoire, où il est retourné vivre provisoirement en 2003 avant de revenir en France, pour notre plus grand plaisir.

Kaaris "Dozo" 16 titres Def Jam 2017

 

 

Nouvel album de Kaaris "Dozo" Def Jam 2017

Voir les commentaires

Nouveau clip de Kungs et Stargate "Be right here" Feat Goldn 2018

Publié le par A & K

Comme un parfum d'été, le nouveau clip du talentueux DJ Kungs, ici accompagnés de Stargate (à ne pas confondre avec la franchise incluant film et séries du même nom) et Goldn, "Be right here", est à découvrir. Un condensé d'électro, de pop, un soupçon de romantisme, avec un magnifique clip alternant couleur et noir et blanc, des effets spéciaux qui réussissent à captiver et surprendre notre regard. Plus étonnant encore, le titre est co-écrit par les chanteuses Charli XCX et surtout Camila Cabello que nous apprécions beaucoup.

À savourer sans modération...

Voir les commentaires

Clip "N'oublie pas" de Mylène Farmer et LP 2018

Publié le par Annie et Kristel

Après "Rolling Stone", Mylène Farmer revient, cette fois-ci en duo avec LP, sur le titre "N'oublie pas".

"N'oublie pas" a pour décor les magnifiques terres sauvages d'Islande, capturées par le talentueux Laurent Boutonnat, fidèle complice de Mylène Farmer depuis ses débuts, à l'origine de ses nombreux autres tubes et clips aussi sulfureux qu'inoubliables, comme "Libertine", "Sans contrefaçon", "Pourvu qu'elles soient douces", "Désenchantée" ou encore "Les mots" avec Seal. De véritables bijoux artistiques teintés de mélancolie, se rapprochant davantage de courts-métrages par la sophistication et l'élaboration de leur mise en scène.

Pour la petite histoire, c'est Mylène Farmer qui a pris l'initiative de contacter LP, auréolée de succès avec son titre vibrant d'intensité et de sincérité "Lost on you", après avoir vu sa prestation au Café de la Danse en 2016, afin de lui proposer une collaboration.

Deux voix qui se mêlent et se complètent, une véritable osmose musicale...

Voir les commentaires

Tribute Yves Simon "Génération (s) éperdue (s)" Because Music 2 CD 2018

Publié le par A & K

"Sans avoir prononcé le moindre mot, joué la moindre note de musique, la salle de l'Olympia s'est levée dès notre arrivée pour une standing ovation des retrouvailles. Trente ans sans se voir, l'émotion était palpable." Yves Simon 

Yves Simon est une personnalité que nous apprécions depuis longtemps, aussi bien en tant qu'écrivain (mention spéciale pour son roman "Les jours en couleur") qu'en tant qu'auteur-compositeur-interprète de chansons très personnelles, poétiques, mélancoliques. Son inoubliable concert du 12 mars 2008 dans la mythique salle de l'Olympia était pour nous l'occasion de le revoir. Ce fut un moment privilégié avec un artiste simple, humble, qui prenait le temps de raconter des anecdotes entre chaque chanson, notamment autour de son "pote de galère" à leurs débuts, un certain Alain Bashung, qui était à l'époque de ce concert gravement malade et aujourd'hui malheureusement disparu. Yves Simon avait pris beaucoup de plaisir à retrouver son public qui ne l'avait pas oublié. Il avait par la suite entamé une tournée hélas brutalement interrompue par un grave accident domestique. Depuis, plus de nouvelles musicales, juste des publications d'ouvrages. Jusqu'à cette année 2018 qui s'avère riche en surprises pour lui. Enfin son retour ! La sortie du tribute (hommage) qui lui est consacré s'intitule de façon astucieuse "Génération (s) éperdue (s)" dans la foulée du livre éponyme regroupant les textes choisis, en attendant une autobiographie qui devrait voir le jour en 2019.

La nouvelle scène française revisite ici l'œuvre d'Yves Simon selon ses choix. Nous nous sommes procurées l'édition collector de 2 CD incluant le fameux concert inédit à l'Olympia de 2008 en 19 chansons, un livret complet regroupant aussi 19 titres, les paroles ainsi que des commentaires pertinents d'Yves Simon. Un très bel objet de collection, assurément. La première écoute s'est avérée pour le moins déstabilisante, surprenante. Même si l'ensemble est bien fait, nous ne parvenons pas à retrouver l'esprit de l'artiste, bien que certains interprètes tirent mieux leur épingle du jeu que d'autres, à l'image de Christine and The Queens (pas encore rebaptisée Chris) dans "Amazoniaque", Woodkid & le comédien-chanteur Louis Garrel (fils de Philippe Garrel) avec "L'aérogramme de Los Angeles", l'actrice-musicienne Soko qui propose l'efficace mais néanmoins controversé "Diabolo menthe", issu de la bande originale du film de Diane Kurys du même nom, la révélation Juliette Armanet, souvent comparée à Véronique Sanson depuis sa reprise très intime du tube "I feel it coming" de The Weeknd, avec "Barcelone", l'autre révélation plus indée Petit Fantôme sur "L'Abyssinie", la très belle interprétation du célèbre Lilly Wood and The Prick avec "Une vie comme ça", sans oublier la participation d'Yves Simon himself avec le groupe Les Korrigans sur un instrumental "Great Canyon", sa première composition écrite à l'âge de 15 ans. En revanche, l'un de nos titres préférés "Au pays des merveilles de Juliet", ici revisité par Moodoïd, manque un peu de saveur.

A écouter pour tous ceux qui aiment l'univers d'Yves Simon, réinventé par de nouveaux talents dans cet album hommage.

" Génération (s) éperdue (s)" Yves Simon (tribute-Hommage) Édition Collector 2 CD de 19 titres chacun dont le concert inédit d'Yves Simon à l'Olympia en 2008 Because Music 2018

Voir les commentaires

Clip "Audio" de LSD (Sia, Diplo et Labrinth) 2018

Publié le par Annie et Kristel

C'est toujours un véritable plaisir de découvrir un nouveau clip de Sia, ici sur le son "Audio" en compagnie de son nouveau groupe LSD, également composé de Diplo et Labrinth. Une ambiance plus festive, colorée, bien que la mélancolie soit toujours présente, mêlant prises de vues réelles et personnages virtuels, notamment les alter-egos de la formation. Un savant mélange qui pourrait évoquer, LSD oblige, un trip par son côté délirant, fantasmagorique.

Tourné à Los Angeles, notamment dans un secteur mythique, les fameux canaux du Los Angeles River, théâtre de nombreux films et séries cultes comme "Terminator 2" ou plus récemment le spin-off controversé de "The Walking Dead" "Fear The Walking Dead", une série efficace qui a su se démarquer de son aînée par sa différence, le clip "Audio" nous transporte dans un autre monde, à la fois proche et éloigné du nôtre. 

LSD, un nouveau concept prometteur, empli de fantaisie, qui allie une part d'enfance et de maturité...

Voir les commentaires

Nouvel album de HollySiz "Rather Than Talking" Parlophone 2018

Publié le par A & K

HollySiz, alias Cécile Cassel, n'est pas que la fille de Jean-Pierre et la sœur de Vincent. C'est aussi une actrice et musicienne accomplie. Aujourd'hui, c'est de cette dernière que nous allons parler avec la sortie de son deuxième album "Rather Than Talking", porté par le single (et vidéo) du même nom et "Fox", le second titre, dont elle a réalisé le clip, mais qui a, en réalité, été mis en ligne en premier. Fraîchement accueilli sur Youtube, "Rather Than Talking" n'a pas fait l'unanimité, notamment parce qu'HollySiz y défend des causes justes mais qui lui paraissent lointaines selon certains. Ce n'est bien sûr pas notre avis.

"Rather Than Talking" s'avère être beaucoup plus intimiste, plus mélancolique, voire sombre, même si la pêche et l'énergie de "My name is", son premier album, qui comportait le très réussi "Come back to me", sont encore là. La présence de Maxime Nucci, alias Yodelice qu'on ne présente plus, et Adrien Gallo, le leader des BB Brunes (sur la chanson "Boy" pour ce dernier), n'y est peut-être pas étrangère. L'album comporte en réalité 11 titres mais nous nous sommes procurées la version limitée avec deux pistes supplémentaires (bonus tracks): "White Mistress" et "Roll the Dice". HollySiz maîtrise la langue de Shakespeare à la perfection, et c'est un avantage indéniable. Sa voix douce, mélodieuse, ne l'empêche pas de faire preuve de rage et de passion, à l'image du son "Unlimited". Un album qu'il faut écouter avec attention, d'autant plus que le livret propose toutes les paroles.

Nouvel album de HollySiz "Rather Than Talking" Parlophone 2018 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>