Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Clip "N'oublie pas" de Mylène Farmer et LP 2018

Publié le par Annie et Kristel

Après "Rolling Stone", Mylène Farmer revient, cette fois-ci en duo avec LP, sur le titre "N'oublie pas".

"N'oublie pas" a pour décor les magnifiques terres sauvages d'Islande, capturées par le talentueux Laurent Boutonnat, fidèle complice de Mylène Farmer depuis ses débuts, à l'origine de ses nombreux autres tubes et clips aussi sulfureux qu'inoubliables, comme "Libertine", "Sans contrefaçon", "Pourvu qu'elles soient douces", "Désenchantée" ou encore "Les mots" avec Seal. De véritables bijoux artistiques teintés de mélancolie, se rapprochant davantage de courts-métrages par la sophistication et l'élaboration de leur mise en scène.

Pour la petite histoire, c'est Mylène Farmer qui a pris l'initiative de contacter LP, auréolée de succès avec son titre vibrant d'intensité et de sincérité "Lost on you", après avoir vu sa prestation au Café de la Danse en 2016, afin de lui proposer une collaboration.

Deux voix qui se mêlent et se complètent, une véritable osmose musicale...

Voir les commentaires

Tribute Yves Simon "Génération (s) éperdue (s)" Because Music 2 CD 2018

Publié le par A & K

"Sans avoir prononcé le moindre mot, joué la moindre note de musique, la salle de l'Olympia s'est levée dès notre arrivée pour une standing ovation des retrouvailles. Trente ans sans se voir, l'émotion était palpable." Yves Simon 

Yves Simon est une personnalité que nous apprécions depuis longtemps, aussi bien en tant qu'écrivain (mention spéciale pour son roman "Les jours en couleur") qu'en tant qu'auteur-compositeur-interprète de chansons très personnelles, poétiques, mélancoliques. Son inoubliable concert du 12 mars 2008 dans la mythique salle de l'Olympia était pour nous l'occasion de le revoir. Ce fut un moment privilégié avec un artiste simple, humble, qui prenait le temps de raconter des anecdotes entre chaque chanson, notamment autour de son "pote de galère" à leurs débuts, un certain Alain Bashung, qui était à l'époque de ce concert gravement malade et aujourd'hui malheureusement disparu. Yves Simon avait pris beaucoup de plaisir à retrouver son public qui ne l'avait pas oublié. Il avait par la suite entamé une tournée hélas brutalement interrompue par un grave accident domestique. Depuis, plus de nouvelles musicales, juste des publications d'ouvrages. Jusqu'à cette année 2018 qui s'avère riche en surprises pour lui. Enfin son retour ! La sortie du tribute (hommage) qui lui est consacré s'intitule de façon astucieuse "Génération (s) éperdue (s)" dans la foulée du livre éponyme regroupant les textes choisis, en attendant une autobiographie qui devrait voir le jour en 2019.

La nouvelle scène française revisite ici l'œuvre d'Yves Simon selon ses choix. Nous nous sommes procurées l'édition collector de 2 CD incluant le fameux concert inédit à l'Olympia de 2008 en 19 chansons, un livret complet regroupant aussi 19 titres, les paroles ainsi que des commentaires pertinents d'Yves Simon. Un très bel objet de collection, assurément. La première écoute s'est avérée pour le moins déstabilisante, surprenante. Même si l'ensemble est bien fait, nous ne parvenons pas à retrouver l'esprit de l'artiste, bien que certains interprètes tirent mieux leur épingle du jeu que d'autres, à l'image de Christine and The Queens (pas encore rebaptisée Chris) dans "Amazoniaque", Woodkid & le comédien-chanteur Louis Garrel (fils de Philippe Garrel) avec "L'aérogramme de Los Angeles", l'actrice-musicienne Soko qui propose l'efficace mais néanmoins controversé "Diabolo menthe", issu de la bande originale du film de Diane Kurys du même nom, la révélation Juliette Armanet, souvent comparée à Véronique Sanson depuis sa reprise très intime du tube "I feel it coming" de The Weeknd, avec "Barcelone", l'autre révélation plus indée Petit Fantôme sur "L'Abyssinie", la très belle interprétation du célèbre Lilly Wood and The Prick avec "Une vie comme ça", sans oublier la participation d'Yves Simon himself avec le groupe Les Korrigans sur un instrumental "Great Canyon", sa première composition écrite à l'âge de 15 ans. En revanche, l'un de nos titres préférés "Au pays des merveilles de Juliet", ici revisité par Moodoïd, manque un peu de saveur.

A écouter pour tous ceux qui aiment l'univers d'Yves Simon, réinventé par de nouveaux talents dans cet album hommage.

" Génération (s) éperdue (s)" Yves Simon (tribute-Hommage) Édition Collector 2 CD de 19 titres chacun dont le concert inédit d'Yves Simon à l'Olympia en 2008 Because Music 2018

Voir les commentaires

Clip "Audio" de LSD (Sia, Diplo et Labrinth) 2018

Publié le par Annie et Kristel

C'est toujours un véritable plaisir de découvrir un nouveau clip de Sia, ici sur le son "Audio" en compagnie de son nouveau groupe LSD, également composé de Diplo et Labrinth. Une ambiance plus festive, colorée, bien que la mélancolie soit toujours présente, mêlant prises de vues réelles et personnages virtuels, notamment les alter-egos de la formation. Un savant mélange qui pourrait évoquer, LSD oblige, un trip par son côté délirant, fantasmagorique.

Tourné à Los Angeles, notamment dans un secteur mythique, les fameux canaux du Los Angeles River, théâtre de nombreux films et séries cultes comme "Terminator 2" ou plus récemment le spin-off controversé de "The Walking Dead" "Fear The Walking Dead", une série efficace qui a su se démarquer de son aînée par sa différence, le clip "Audio" nous transporte dans un autre monde, à la fois proche et éloigné du nôtre. 

LSD, un nouveau concept prometteur, empli de fantaisie, qui allie une part d'enfance et de maturité...

Voir les commentaires

Film "Carbone" de Olivier Marchal DVD EuropaCorp 2017/2018

Publié le par Annie et Kristel

Inspiré de faits réels, Olivier Marchal nous présente avec "Carbone" un polar paradoxalement moins sombre qu'à l'accoutumée, tout en comportant des scènes chocs.

"Carbone" est un film propre à l'univers d'Olivier Marchal dont nous connaissons et apprécions la brillante série "Braquo" (avec le trop rare Jean-Hugues Anglade, la révélation Nicolas Duvauchelle et la talentueuse Karole Rocher, par ailleurs compagne de l'humoriste Thomas N'Gijol), le long-métrage "36 quai des Orfèvres" avec déjà Gérard Depardieu et bien d'autres œuvres. Fort de son expérience marquante dans la police, sa reconversion en tant que réalisateur a été une véritable réussite, "Carbone" en étant, encore une fois, la preuve incontestable.

Tout le monde connaît la fameuse taxe carbone, et ce que cela a engendré. Benoît Magimel, dans le rôle d'Antoine Roca, un patron d'entreprise sans histoire, se retrouve, du jour au lendemain, dans les griffes du fisc, menacé de déposer le bilan. Pour Antoine, c'est un dilemme. Que vont devenir ses employés ? Lui qui a toujours été honnête, successeur de son père dans cette entreprise florissante, est pris dans la tourmente. Son expert-comptable, Laurent Melki (Michaël Youn) lui parle, en toute innocence, de TVA sur les quotas de carbone dans l'Union européenne dont il pourrait récupérer une somme non négligeable, mais insuffisante pour sauver son entreprise. C'est alors qu'Antoine a l'idée d'une fraude à la taxe carbone, qui serait facilitée par les démarches numériques.

Pour cela, il contacte deux amis de poker, les frères Wisman, Eric (Idir Chender) et Simon (Gringe), sous l'œil avisé de leur mère, Dolly (Dani), tous plus habilités à ce type de transaction que lui.

Parallèlement, le couple d'Antoine connaît des difficultés, tout comme sa relation avec son beau-père Aron Goldstein (Gérard Depardieu, que Benoît Magimel retrouve après la controversée série "Marseille") qui l'humilie constamment, et dont il veut contrecarrer les plans, l'obligeant à emprunter au dangereux Kamel Dafri (Moussa Maaskri). Ce sera sa perte. Entraînée dans le tourbillon artificiellement lumineux de la nuit, de l'argent facile qui ouvre toutes les portes, la petite bande d'Antoine va se brûler les ailes...

Comme vous l'aurez compris, c'est toujours un plaisir de découvrir une nouvelle création d'Olivier Marchal, valeur sûre empreinte d'intensité et de masculinité. Une ambiance à laquelle nous adhérons complètement, mais sensiblement différente de ce que le réalisateur propose habituellement, avec notamment de nombreuses scènes tournées de nuit. Dès le début, nous comprenons qu'Antoine ne s'en sortira malheureusement pas. Le film met l'accent, sans l'excuser, sur les raisons de son dérapage et l'envie addictive d'en vouloir toujours plus. Le casting est parfait avec Benoît Magimel, complètement habité par son personnage, à la fois fort et vulnérable, Michaël Youn, malgré son étiquette indélébile du Morning Live, parvient, depuis de nombreuses années, à alterner comédie et drame avec brio. N'oublions pas Gringe qui, en plus de peaufiner son très attendu premier album solo à la sortie imminente, confirme une réelle présence à l'écran, déjà vu dans "Comment c'est loin" avec son ami des Casseurs Flowters, Orelsan (long-métrage déjà chroniqué sur notre blog), Dani, qu'on ne présente plus, excellente dans son rôle de mère protectrice et en apparence imperturbable, Laura Smet alias Noa, apparaissant dans la vie d'Antoine, tel un ange pouvant l'aider à quitter l'enfer dont il est devenu prisonnier.

Et le magistral Gérard Depardieu, fidèle à lui-même, imposant, grandiose.

Mention spéciale pour le choix du titre "Suicide Social" d'Orelsan lors de deux moments-clés du film. Un titre puissant, révolté, bouillonnant. Ce n'est pas pour rien qu'Olivier Marchal s'intéresse au travail des Casseurs Flowters.

Autant de raisons ici réunies pour vous donner envie, à votre tour, de découvrir "Carbone".

Film "Carbone" de Olivier Marchal DVD EuropaCorp 2017/2018

Voir les commentaires

Nouvel album de HollySiz "Rather Than Talking" Parlophone 2018

Publié le par A & K

HollySiz, alias Cécile Cassel, n'est pas que la fille de Jean-Pierre et la sœur de Vincent. C'est aussi une actrice et musicienne accomplie. Aujourd'hui, c'est de cette dernière que nous allons parler avec la sortie de son deuxième album "Rather Than Talking", porté par le single (et vidéo) du même nom et "Fox", le second titre, dont elle a réalisé le clip, mais qui a, en réalité, été mis en ligne en premier. Fraîchement accueilli sur Youtube, "Rather Than Talking" n'a pas fait l'unanimité, notamment parce qu'HollySiz y défend des causes justes mais qui lui paraissent lointaines selon certains. Ce n'est bien sûr pas notre avis.

"Rather Than Talking" s'avère être beaucoup plus intimiste, plus mélancolique, voire sombre, même si la pêche et l'énergie de "My name is", son premier album, qui comportait le très réussi "Come back to me", sont encore là. La présence de Maxime Nucci, alias Yodelice qu'on ne présente plus, et Adrien Gallo, le leader des BB Brunes (sur la chanson "Boy" pour ce dernier), n'y est peut-être pas étrangère. L'album comporte en réalité 11 titres mais nous nous sommes procurées la version limitée avec deux pistes supplémentaires (bonus tracks): "White Mistress" et "Roll the Dice". HollySiz maîtrise la langue de Shakespeare à la perfection, et c'est un avantage indéniable. Sa voix douce, mélodieuse, ne l'empêche pas de faire preuve de rage et de passion, à l'image du son "Unlimited". Un album qu'il faut écouter avec attention, d'autant plus que le livret propose toutes les paroles.

Nouvel album de HollySiz "Rather Than Talking" Parlophone 2018 

Voir les commentaires

Série "The Handmaid's Tale: La Servante écarlate" Saison 1 DVD FPE 2018

Publié le par A & K

"La servante écarlate", que nous étions impatientes de découvrir, est une série événement, dont on parle beaucoup en ce moment. Adaptée du roman éponyme écrit par Margaret Atwood en 1985, elle a été récompensée à cinq reprises lors des prestigieux Emmy Awards 2017. Il va sans dire que cela était largement mérité. L'histoire se situe dans un futur proche, ce qui rend le sujet encore plus effrayant, dans la plus pure tradition dystopique.

Les États-Unis se retrouvent, pour leur plus grand malheur, gouvernés par Les Fils de Jacob, une secte politico-religieuse protestante qui force les femmes à subir des règles drastiques, archaïques, de soumission. La pollution et les MST ayant entraîné une importante baisse de natalité, les femmes encore fécondes se doivent de procréer à tout prix, même si les hommes sont également touchés par ce fléau. Elles n'existent plus en tant que personnes, n'ont plus d'identité si ce n'est le patronyme de leur "maître", ne peuvent plus travailler, ni posséder de compte en banque, ni être propriétaire et encore moins se divertir, lire. Pour compliquer le tout et renforcer ces inégalités, les femmes appartiennent à plusieurs catégories (et oui) : les Épouses (habillées en bleu/vert) sont les compagnes d'hommes influents, les Martha (en gris) s'occupent de l'intendance et les Servantes (la pire catégorie, en rouge) sont affectées au sein de ces familles pour la reproduction et la naissance d'enfants sous la surveillance sévère des Tantes (en marron). Précisons que les Épouses assistent aux rapports sexuels forcés entre leurs conjoints et les Servantes, et qu'elles vont même jusqu'à maintenir les bras de ces dernières afin qu'elles se laissent faire. Des viols à répétition contre lesquels personne ne se révolte, sous peine de punitions plus cruelles les unes que les autres. Comme dans toute dictature, les dissidents, les homosexuels et les prêtres catholiques sont condamnés à mort par pendaison. Le pouvoir appartient aux hommes qui profitent largement de ce système pour assouvir leur besoin de domination. June, l'héroïne, campée par l'excellente Elisabeth Moss ("Mad Men", "Top of the lake", qui produit également "La Servante écarlate") n'a qu'une idée en tête (et nous avec elle!) : s'échapper de cet enfer afin de retrouver son mari et sa fille. Elle n'est pas seule car progressivement, la révolte gagne d'autres Servantes...

Autour de June, gravitent d'autres personnages dont nous connaissons bien les interprètes, notamment le Commandant Fred Waterford (Joseph Fiennes, qu'on ne présente plus), son épouse Serena (Yvonne Strahovski, "Chuck") et bien d'autres...

Voilà, nous vous en avons déjà trop dit pour cette première saison. Une chose est sûre : cet univers ne peut laisser indifférent. Bien sûr, en tant que femmes, nous compatissons même si nous ne sommes pas ouvertement féministes. Mais être réduites à un statut de reproductrice, plus proches de l'animal que de l'être humain, est inimaginable, d'autant plus que d'autres femmes participent à cette maltraitance. Nous sommes restées longtemps dans l'ambiance dérangeante et curieusement si addictive de cette série dont nous attendons la deuxième saison avec un très grand intérêt.

Série "The Handmaid's Tale: La Servante écarlate" Saison 1 avec Elisabeth Moss, Joseph Fiennes, Yvonne Strahovski DVD FPE 2018

Voir les commentaires

Clip "Le train" de Julia Guez Nash Records 2018

Publié le par Annie et Kristel

Attention Talent !!! 

Un véritable coup de cœur pour ce clip récemment découvert grâce à l'une de nos chaînes musicales préférées NRJ Hits et à sa section matinale "French", idéale pour bien commencer la journée. 

Julia Guez est une artiste parisienne, enfant des années 80 dont elle revendique l'influence tout comme de grands noms tels que Barbara, France Gall, Michel Berger, Céline Dion, Jean-Jacques Goldman mais aussi Billie Holiday, Sade ou REM.

"Le train", une chanson forte et puissante, portée par la voix mélodieuse et pleine d'assurance de Julia Guez, est un futur tube, sublimée par un magnifique clip de Yannick Saillet (Les Enfoirés, Soprano, Jean-Jacques Goldman) tourné aux USA, adressé à tous les amoureux de ce vaste et sauvage continent, qui y retrouveront avec plaisir tous les lieux emblématiques à l'image du Grand Canyon, la route 66, etc...

"Le train" est extrait du premier album de Julia Guez, "Champs-Elysées", fruit de sa collaboration en 12 titres avec l'auteur-compositeur Brice Guilbert, sorti le 14 avril 2018 sur le propre label de Julia, Nash Records, uniquement en téléchargement pour le moment. Vous pourrez aussi écouter d'autres titres de "Champs-Elysées", à l'instar de "Milenia", "Embrasser" et "La fille de pierre", dont les clips sont disponibles sur sa chaîne Youtube.

 

Voir les commentaires

Série "The Walking Dead" Saison 8 Fan Art mais pas que

Publié le par Annie et Kristel

"The Walking Dead" est l'une de nos séries préférées. Qui dit série dit personnages. Et même si nous les aimons tous, nous avons une préférence pour deux d'entre eux. Glenn tout d'abord, disparu tragiquement, froidement exécuté par Negan et sa redoutable batte Lucille lors du premier épisode de la saison 7. Nous avons trouvé cette illustration le représentant originale. Une belle façon de rendre hommage à ce personnage qui nous manque déjà beaucoup, ainsi qu'à Maggie, évidemment.

Et bien sûr, Carl, que nous avons vu grandir, évoluer, devenir un jeune homme responsable, courageux au fil des années. Cette saison 8 qui vient tout juste de se terminer et que nous n'avons pas encore vu promet d'être riche en rebondissements mais aussi en disparitions. Carl va jouer un rôle déterminant dans le cliffhanger d'une façon inattendue, en particulier dans le conflit opposant Rick à Negan, qui trouvera enfin une conclusion. Attention, l'épisode 9 risque d'en choquer certains, comme cela a été notre cas lorsque nous avons appris cette nouvelle.

En attendant de découvrir notre future chronique sur cette saison 8 aussi attendue que redoutée, nous vous laissons en compagnie de Glenn et Carl.

 

Voir les commentaires