Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Album "Géopoétique" de MC Solaar Warner 2017

Publié le par Annie et Kristel

C'est avec impatience que nous attendions de découvrir le nouvel album de MC Solaar, malicieusement baptisé "Géopoétique". Le résultat s'est avéré à la hauteur de nos attentes.

L'album débute par le titre "Intronisation", une introduction sous forme de clin d'œil à certains de ses sons phares comme "Bouge de là", "Caroline", "Solaar pleure", etc... Il se poursuit avec le tube d'une efficacité redoutable "Sonotone". MC Solaar se pose également en défenseur des droits des femmes, à l'image de "Jane et Tarzan" et "I need gloves" où il critique respectivement le harcèlement de rue et sexuel. A noter aussi des hommages au jazz dans "J.A.Z.Z" (Kiffez l'âme) avec Maureen Angot, une voix de velours qu'on retrouve façon Jane Birkin dans "Super Gainsbarre", véritable déclaration d'amour à son maître, Serge Gainsbourg, ainsi que le titre éponyme de l'album "Géopoétique" qui, lui, rend hommage au regretté Miles Davis.

Côté feat, Claude MC s'est entouré, outre Maureen Angot, de Julia Brite sur "Frozen Fire", et le trop rare Bambi Cruz dans "Zonmé des Zombies". Un album mélancolique avec comme autres fils conducteurs le temps qui passe, le besoin de profiter du moment présent ("Eksassaute"), le monde du travail et la routine du quotidien ("On se lève"). Il se conclut avec "La venue du MC" qui sonne comme un générique de fin.

Dix ans d'attente que nous ne regrettons pas. Des textes élaborés plus proches de poèmes que de punchlines, un flow toujours aussi puissant, des sons évoquant plusieurs cultures musicales. Bref, à écouter d'urgence tout en lisant avec attention les lyrics disponibles dans le livret intérieur (suffisamment rare pour le mentionner) afin d'en profiter pleinement. Un album qui s'écoute comme il se lit.

A quand le prochain opus ? Rapidement, cette fois-ci, nous l'espérons.

Album "Géopoétique" de MC Solaar Warner 2017

Voir les commentaires

American Horror Story "Roanoke" Saison 6-DVD-2017

Publié le par Annie et Kristel

Un jeune couple originaire de Los Angeles, Shelby et Matt Miller, décide d'emménager dans une maison coloniale, en Caroline du Nord, suite à la violente agression de Matt survenue en pleine rue, ayant failli lui coûter la vie, et la fausse couche de Shelby. Ils décident alors de tout quitter pour retrouver la sérénité dans ce lieu d'apparence paisible, pour ne pas dire isolé. Mais les fantômes du passé ne les voient pas d'un très bon œil. De jour en jour, la peur s'installe. Le couple est rongé par cette nouvelle épreuve. C'est dans la série documentaire à succès "My Roanoke nightmare", qu'ils dévoilent la terrifiante vérité, ponctuée par une reconstitution dans les lieux même où tout a failli basculer. La suite va s'annoncer bien plus sanglante.

American Horror Story, série de Ryan Murphy et Brad Falchuk (Nip/Tuck, Glee) est devenue une anthologie horrifique incontournable, qui a toujours su se renouveler dans des contextes différents à chaque saison : une maison hantée, un asile psychiatrique, un pensionnat pour jeunes filles, un cirque et un hôtel. Cependant, elle a toujours gardé une place pour ses acteurs principaux que l'on a plaisir à retrouver dans de nouveaux rôles au fil des saisons : Evan Peters, Kathy Bates, Jessica Lange (qui n'est malheureusement plus présente), Sarah Paulson, Denis O'Hare, et une petite nouvelle depuis la saison 5, la célèbre Lady Gaga, fidèle à elle-même et à l'univers de ses clips. Présenté sous forme de faux docu-fiction et tourné façon "Found footage" (comme dans "Le projet Blair Witch"), le téléspectateur peine à rentrer pleinement dans l'histoire, qui est en fait l'histoire de l'histoire de l'histoire qui n'est pas la vérité tout en étant vraie. Vous n'avez rien compris ? Nous non plus. Et c'est bien dommage. Un beau gâchis pour une série à laquelle nous restons attachées malgré tout. En revanche, le sexe est moins présent que dans les saisons précédentes, remplacé par des scènes inutilement gores (le cannibalisme que nous détestions dans "Hannibal" est ici à déplorer). Seul point positif : une critique jouissive des médias et de la télé-réalité qui incite à la réflexion. Jusqu'où peut-on aller pour devenir célèbre ou le rester ?

Âmes sensibles s'abstenir...

À voir tout de même si on est attaché à cette série ainsi qu'à son casting.

American Horror Story "Roanoke" Saison 6-DVD-2017

Voir les commentaires

Film "Comment c'est loin" d'Orelsan et Christophe Offenstein DVD Cine France/Orange Studio 2015/2016

Publié le par Annie et Kristel

Au delà des apparences...

Alors que le nouvel album d'Orelsan "La fête est finie" vient de sortir, retour sur "Comment c'est loin", le premier film qu'il a réalisé avec son fidèle collaborateur Christophe Offenstein, dont il a signé le scénario et dans lequel il interprète son propre rôle avec son acolyte des Casseurs Flowters, Gringe.

"Comment c'est loin", une comédie ? Oui, mais pas seulement. Tourné aux alentours de Caen où ils ont vécu, "CCL" nous permet de suivre le parcours de deux trentenaires, Orel (Orelsan, de son vrai nom Aurélien Cotentin) et Gringe (Guillaume Tranchant), à qui la vie n'a pas réellement apporté ce qu'ils désiraient. Las de cette existence banale et sans saveur, un emploi inintéressant, juste alimentaire (en particulier celui d'Orelsan dans un hôtel, poste nocturne qu'il a vraiment occupé), leur seule échappatoire est la musique, le rap pour être plus précises. Un excellent moyen de s'exprimer, d'exister, de canaliser ce mal-être. Mais le problème est qu'ils n'arrivent pas à terminer leur premier album. Ablaye et Skread, leurs producteurs, s'impatientent et leur lancent un ultimatum : Orel et Gringe n'ont que 24 heures chrono pour écrire une chanson qui pourrait les propulser vers un futur succès.

Leurs faux airs nonchalants, prônant la procrastination comme cela a été répété de nombreuses fois, sont en fait un leurre. Bien sûr, les deux complices adorent leur canapé (comme dans la série de Canal + "Bloqués", dont ils étaient les héros) et ont du mal à aller jusqu'au bout de leurs projets, sans doute par peur de l'échec. En réalité, ils sont atteints d'un syndrome dont on ne parle pas assez, "le mal des trentenaires" touchant de jeunes adultes naviguant entre deux époques. Où trouver sa place quand toutes les portes restent désespérément closes ? Sentimentalement, c'est une errance, par manque de passion. Sans oublier la maladresse des parents qui aggravent la situation en pensant bien faire. Heureusement, il y a les potes, les mêmes que dans leur vie, toujours là, au bon endroit, au bon moment, sans prise de tête : Bouteille, Diamond 2Klo, l'humoriste Redouanne Harjane en guest-star, Clément, le frère d'Orelsan. Leurs jeux de mots, joutes verbales sont savoureux, et cette positivité malgré les problèmes, cette envie de s'en sortir font plaisir à voir. Pour l'anecdote, Orelsan souhaitait initialement que Michel Blanc apparaisse dans "Comment c'est loin", mais celui-ci a refusé, lui suggérant d'en garder l'authenticité grâce à des acteurs moins connus. Conseil qu'il a bien fait de suivre.

A travers ce long-métrage librement inspiré de leur parcours, Orelsan et Gringe réussissent leur pari avec talent : prouver qu'ils peuvent aussi être acteurs avec un naturel d'une fraîcheur touchante. Mention spéciale à Janine, la grand-mère à la ville comme à l'écran d'Orelsan, qu'on aimerait tous avoir comme mamie, et avec qui il a enregistré l'émouvante chanson "J'essaye, j'essaye" (dont le clip est disponible à la fin de cette chronique), extraite de la bande originale du film, qui vous permettra de vous immerger dans l'univers des Casseurs Flowters.

Film "Comment c'est loin" d'Orelsan et Christophe Offenstein DVD Cine France/Orange Studio 2015/2016

Voir les commentaires

Album "13" d'Indochine chez Arista/Sony 2017

Publié le par Annie et Kristel

Le retour d'Indochine...

Depuis le come-back d'Indochine avec l'album "Paradize", tout sourit au groupe de Nicola Sirkis. Autour d'un style bien défini, rock mêlé de pop entêtante teinté d'électro, Indochine écrit avec "13" un nouveau chapitre dans l'histoire de sa carrière, quatre ans après son dernier album "Black City Parade". Au sommaire : des refrains efficaces comme sur "Kimono dans l'ambulance", des hommages au 7ème art et à David Bowie ("Black Sky" en est l'exemple parfait), et le thème de l'ambiguïté sexuelle présent depuis "3ème sexe" ("Tomboy"). Le premier single "La vie est belle" a d'ailleurs ouvert la voie. 

Un tour de force réussi pour Indochine et ses nombreux fans qui attendent avec impatience de reprendre ensemble un répertoire qu'ils connaissent par cœur lors de prochains concerts.

A noter que Nicola Sirkis a fait appel au photographe néerlandais Erwin Olaf pour le visuel de l'album "13", lui-même inspiré par l'univers du peintre américain Henry Darger.

Constamment inspiré et se renouvelant sans cesse avec talent, Indochine marque de son empreinte le paysage du rock français dont il représente aujourd'hui une valeur sûre.

Album "13" d'Indochine chez Arista/Sony 2017

Voir les commentaires

Dédicace/Exposition de Walter Minus à la librairie Bedebox (Belgique) le 11 novembre 2017

Publié le par Annie et Kristel

Fort du succès de son précédent événement du 16 septembre 2017, Walter Minus sera de nouveau en Dédicace/Exposition le samedi 11 novembre 2017 à la librairie Bedebox Rue de la Station 18 1410 Waterloo (Belgique) à partir de 15h00.

Si vous ne connaissez pas encore les créatures de rêve qui naissent de l'imagination de cet illustrateur et dessinateur de talent, il n'est pas trop tard pour les découvrir.

Un grand merci à Walter Minus de nous avoir si gentiment fourni l'affiche de cet événement.

Voir les commentaires

Série "Forever" Saison 1 DVD Warner Bros 2016

Publié le par Annie et Kristel

Zoom sur "Forever", une éphémère série (diffusée en France sur TF1) qui n'en demeure pas moins excellente.

L'histoire : Le médecin légiste new-yorkais, Henry Morgan (excellent et énigmatique Ioan Gruffudd) dissimule un secret, et non des moindres. Chaque fois qu'il meurt, Henry ressuscite mais pas de n'importe quelle manière : dans l'eau, et complètement nu, ce qui est un peu problématique. Grâce à ses deux siècles d'expériences et de connaissances, il parvient à résoudre des affaires criminelles. Henry reste néanmoins tourmenté par cette immortalité dont il ne connaît pas l'origine.

 Abe, propriétaire d'une boutique d'antiquités (Judd Hirsch, vu dans la série "Numb3rs"), son ami, confident et bien plus encore (mais cela, nous vous laissons le soin de le découvrir), est au courant de sa situation. Normal, d'autant plus qu'ils vivent ensemble pour plus de commodités. En revanche, la brillante détective Jo Martinez (Alana De La Garza) ignore tout. Pour combien de temps ?

À côté de notre héros, son excentrique collègue Lucas Wahl (Joel David Moore) se pose bien des questions. Et comme dans toute bonne histoire, il y a forcément un méchant. C'est ici le cas avec ce mystérieux inconnu possédant les mêmes facultés qu'Henry Morgan, mais qui, contrairement à lui, ne les utilise pas à bon escient.

"Forever" est une série d'une unique saison de 22 épisodes au postulat intrigant, entre immortalité et quête de vérité, bien exploitée grâce notamment à des personnages attachants, des dialogues teintés d'humour. Injustement annulée faute d'audience et ce malgré le lancement d'une pétition pour la sauver, "Forever" offre un savant mélange de classicisme et d'originalité que nous aurions aimé retrouver dans une seconde saison et même davantage...

Série "Forever" Saison 1 DVD Warner Bros 2016

Voir les commentaires