Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #chroniques films & courts-metrages tag

Film "Seven Sisters" de Tommy Wirkola avec Noomi Rapace 2018 M6 Vidéo DVD

Publié le par Annie et Kristel

Le film "Seven Sisters", porté par la remarquable et septuple prestation de Noomi Rapace, inoubliable dans l'adaptation cinéma de la saga best-seller, "Millenium" du regretté Stieg Larsson, est un exemple parfait de dystopie, un style très à la mode depuis quelques années dans les longs-métrages comme dans la littérature, qui consiste à dépeindre un futur post-apocalyptique, à l'image de "Hunger Games", "Le fils de l'homme" ou encore "Blade Runner", et bien d'autres...

L'histoire commence en 2043 alors que la terre est surpeuplée. Il est donc interdit d'avoir plus d'un enfant par foyer mais un homme préfère écouter son coeur au risque de tout perdre en cachant l'existence de ses sept filles dont le prénom correspond à un jour de la semaine. En 2073, soit 30 ans plus tard, nous retrouvons cette famille qui tente de trouver un équilibre en faisant croire que les septuplés ne sont qu'une seule et même personne. C'est un jeu dangereux, chaque jour est une petite victoire. Mais, comme dans tout bon film, un élément vient perturber le cours pas si tranquille de leur existence quand Lundi disparaît. Lorsque la machine judiciaire et politique s'enraye, plus rien ne peut l'arrêter. Les évènements s'enchaînent avec une rapidité redoutable et efficace, pour notre plus grand (dé)plaisir puisque nous avons quand même envie que cette famille s'en sorte. 

Au delà des rôles de Noomi Rapace, qui ne se contente pas de changer sept fois de look mais y insuffle aussi une part d'elle-même en chacune de ces personnalités bien distinctes, nous retrouvons l'excellent Willem Dafoe en père plus que protecteur qui ne pourra éviter l'inévitable et Glenn Close, toujours aussi imposante et ambivalente, ici au cœur d'un pouvoir dont elle abuse. Nous verrons la cruauté, le mensonge, avec le sort réservé aux enfants que nous croyons protégés. Mais il n'en est rien. Au contraire, cela rappelle un chapitre douloureux de la deuxième guerre mondiale. Une mention spéciale pour le réalisateur Tommy Wirkola ("Hansel et Gretel : Witch Hunters" avec Jeremy Renner, Gemma Arterton et Famke Janssen) qui réussit ce tour de force dans un univers plutôt sombre, qui a fortement marqué le box-office de l'été 2017. Un long-métrage que nous avons beaucoup aimé et que nous vous recommandons si vous aimez la dystopie et la SF.

"Seven Sisters" de Tommy Wirkola avec Noomi Rapace, Willem Dafoe et Glenn Close M6 Vidéo 2018

Film "Seven Sisters" de Tommy Wirkola avec Noomi Rapace 2018 M6 Vidéo DVD

Voir les commentaires

Film "Cinquante nuances plus claires" de James Foley Universal 2018

Publié le par Annie et Kristel

Et oui, nous aussi avons succombé au charme sulfureux de la saga culte d'E.L.James "Fifty Shades". Bon, c'est sûr que les livres ne sont pas très bien écrits, l'histoire est simpliste avec la recette du prince charmant qui tombe amoureux de Cendrillon. Beaucoup de sexe également, et expliqué de manière pas toujours très réaliste. Mais, malgré tout cela, il reste une certaine fraîcheur dans la force des sentiments unissant Christian Grey et Ana Steele. Au delà du côté racoleur que la plupart des lecteurs ont malheureusement retenu, nous préférons des petits détails comme les joutes verbales, disputes par mails interposés entre les deux héros, par ailleurs si touchants. 

Pour notre première chronique de film récemment sorti au cinéma, notre choix s'est porté sur "Cinquantes nuances plus claires", le troisième et dernier opus de la saga, d'après le roman du même nom. Pas facile d'adapter au cinéma une trilogie comportant autant de scènes de sexe sans prendre le risque d'être censuré. Les deux premiers films avec Jamie Dornan ("Once upon a time", "The fall") et Dakota Johnson (fille de Melanie Griffith et Don Johnson) dans les rôles titres, nous permettaient de savoir à quoi nous attendre, malgré la déception suscitée par les deux précédents qui n'arrivaient pas à faire oublier les romans. Voilà le problème d'une adaptation sur grand écran: restituer à l'identique ou presque l'atmosphère d'un ouvrage sans perturber les lecteurs tout en arrivant à séduire les néophytes.

En dépit d'un jeu d'acteurs parfait, il manque un petit quelque chose. L'ensemble est plaisant à regarder, bien réalisé par le chevronné James Foley, mais trop convenu. En revanche, dans ce troisième volet, beaucoup plus sage (il est même parvenu à ne pas être interdit aux moins de 12 ans), nous avons quand même eu l'agréable surprise de découvrir le mariage d'Ana et Christian, qui avait été éludé dans le livre. Ana s'affirme à mesure qu'elle progresse dans sa vie ainsi que dans son travail et qu'elle gagne enfin la confiance de Christian. Des personnages secondaires viennent enrichir cet univers, notamment le grand méchant, Jack Hyde (Eric Johnson "Smallville"), le fidèle garde du corps Taylor (Max Martini "The Unit"), le papa d'Ana, Ray Steele (Callum Keith Rennie "Californication"), la sœur de Christian, Mia (Rita Ora, qu'on ne présente plus) et surtout Elena, l'ex de Christian (Kim Basinger). De splendides paysages, des décors de rêve, y compris la fameuse Chambre rouge de la douleur, de somptueuses tenues... Tout est réuni à l'écran pour nous permettre de passer un agréable moment.

Un bon film à voir pour plonger avec plaisir dans un monde bien éloigné du nôtre, entre luxe et volupté.

Film "Cinquante nuances plus claires" de James Foley Universal 2018

Voir les commentaires

DVD film "Avant toi" 2016 avec Emilia Clarke et Sam Claflin

Publié le par Annie et Kristel

"Avant toi", un film romantique, sentimental? Pas vraiment. Explications.

Grandes fans de Game Of Thrones, GOT pour les initiés, depuis le début, nous avions envie de voir Emilia Clarke, Daenerys, la reine des dragons, dans un autre registre, même si elle a déjà une longue carrière à son actif. Quoi de mieux que ce film adapté du roman best-seller éponyme de Jojo Moyes?

L'histoire : Louisa dite Lou est une jeune femme enjouée et excentrique, qui essaye toujours de voir la vie du bon côté. Lorsqu'on lui propose de travailler comme aide-soignante pour Will (Sam Claflin) qui est handicapé suite à un accident, l'entente n'est pas du tout cordiale dans un premier temps. Sam, aigri, malheureux, ne supportant plus sa condition, fait tout pour décourager Lou, pourtant pleine de bonne volonté, et l'obliger à démissionner, comme cela est arrivé avec ses précédents aides-soignants. Blessé dans son corps mais aussi dans son cœur, ce séduisant jeune homme, à qui tout réussissait, pense mettre fin à ses jours. Mais c'est sans compter sur l'enthousiasme et le dévouement de Lou, qui fait tout pour lui redonner goût à l'existence. De fil en aiguille, des sentiments vont naître entre eux. Nous vous laissons découvrir la conclusion qui n'est pas ce qu'on peut appeler un happy ending, pour celles et ceux qui n'ont pas lu le livre.

Trop de sentiment pourrait tuer une histoire qui perdrait toute crédibilité. Mais là, c'est le contraire qui arrive, en dépit des touchantes interprétations des deux acteurs principaux. Rien ou presque ne passe, et nous n'arrivons pas à ressentir l'amour qui est censé se dégager de Lou et Will. La fin laisse, quand à elle, un sentiment d'inachevé. Quel dommage. A voir quand même pour l'excellent jeu des acteurs et pour comparer le film avec le roman. 

"Avant toi" 2016 avec Emilia Clarke et Sam Claflin

DVD film "Avant toi" 2016 avec Emilia Clarke et Sam Claflin

Voir les commentaires

Film "La 9e vie de Louis Drax" DVD 2017

Publié le par Annie et Kristel

Pour bien commencer l'année, une petite chronique d'un film que nous avons beaucoup apprécié "La 9e vie de Louis Drax", adapté du roman éponyme de Liz Jensen.

Louis Drax (Aiden Longworth) est un enfant de neuf ans possédant la particularité d'avoir échappé à la mort 8 fois, dont la dernière le jour même de son anniversaire, en tombant d'une falaise. Comme les chats qui ont également 9 vies, Louis s'en sort de justesse, presque chanceux dans son malheur. A la suite de cet énième accident, la police enquête et s'oriente vers son père violent (Aaron Paul). Parallèlement, le docteur Allan Pascal (Jamie Dornan), un neurologiste de renom, tente de découvrir la vérité en pénétrant dans le subconscient de Louis. De plus, il succombe au charme de la mère du petit rescapé (Sarah Gadon). Il ignore encore qu'il flirte avec le danger et que celui-ci se cache dans l'entourage proche de l'enfant. Mais le mystère qui entoure ces accidents sera bientôt résolu d'une façon inattendue.

Il s'agit là d'un film au scénario habilement mené, grâce à la réalisation d'Alexandre Aja ("Haute Tension", le remake du célèbre film "La colline a des yeux", "Mirrors" avec Kiefer "Jack Bauer" Sutherland), fils d'Alexandre Arcady ayant hérité de son talent, et brillamment interprété par le jeune Aiden Longworth qui porte le film sur ses frêles épaules, sans oublier Jamie Dornan ("Once upon a time", "The fall" mais surtout Christian Grey dans la version cinéma de la saga littéraire à succès "Cinquantes nuances de Grey"), Aaron Paul (inoubliable dans la série culte "Breaking Bad").

Un excellent long-métrage comportant de nombreux rebondissements et un mystère savamment distillé. La fin, vraiment surprenante, ne sera pas révélée ici. A vous de la découvrir.

Film "La 9e vie de Louis Drax" DVD 2017

Voir les commentaires

Film "Gaspard Soldat de l'amour" de Sabrina et Steven James Gunnell 2018

Publié le par Annie et Kristel

Le film "Gaspard soldat de l'amour" réalisé et produit par le couple Sabrina et Steven J.Gunnell sera diffusé en exclusivité le 5 février 2018 sur KTO Télévision Catholique puis sur la page Facebook "Gaspard entre terre et ciel" dès le 6 février.
Ce film retrace le parcours du courageux petit Gaspard, un enfant qui avait tant d'amour à donner et à recevoir...
Merci à Sabrina et Steven J.Gunnell d'avoir accepté que nous partagions ce moment d'émotion.
Film "Gaspard Soldat de l'amour" de Sabrina et Steven James Gunnell 2018

Voir les commentaires

Film "Comment c'est loin" DVD-2016

Publié le par Annie et Kristel

Au delà des apparences...

Alors que le nouvel album d'Orelsan "La fête est finie" vient de sortir, retour sur le premier film "Comment c'est loin" qu'il a réalisé (avec Christophe Offenstein), signé le scénario et dans lequel il interprète son propre rôle avec son fidèle acolyte des Casseurs Flowters, Gringe. Une comédie, oui. Mais pas seulement. Tourné aux alentours de Caen, où ils ont réellement vécu, nous suivons le parcours de deux trentenaires, Orel et Gringe, à qui la vie n'a pas réellement apporté ce qu'ils désiraient. Las de cette existence banale et sans saveur, un emploi inintéressant, juste alimentaire (en particulier celui d'Orelsan dans un hôtel de nuit, poste qu'il a vraiment occupé), leur seule échappatoire est la musique, le rap pour être plus précis. Un excellent moyen de s'exprimer, d'exister, de canaliser ce mal-être. Mais le problème est qu'ils n'arrivent pas à terminer leur premier album, leurs producteurs s'impatientent et leur lancent un ultimatum: ils n'ont que 24 heures (et pas chrono!) pour écrire une chanson qui puisse les propulser vers un futur succès. Sous de faux airs nonchalants, prônant la procrastination comme cela a été répété de nombreuses fois, il s'agit en fait d'un leurre. Bien sûr, ils adorent leur canapé (comme dans la série de Canal +, "Bloqués", dont ils étaient les héros) et ont du mal à aller jusqu'au bout de leurs projets, peut-être par peur de l'échec. En réalité, ils sont atteints d'un syndrome dont on ne parle pas assez, "le mal des trentenaires", des jeunes pas encore âgés, pour qui le temps est passé trop vite, à cheval sur deux époques. Où trouver sa place quand rien ne marche? Sentimentalement, une errance, par manque de passion. Heureusement, il y a les potes (les mêmes que dans leur vraie vie), toujours là, au bon endroit, au bon moment, sans prise de tête. Nous aimons particulièrement ces échanges, jeux de mots, joutes verbales, ainsi que ce côté positif malgré les problèmes, cette envie de s'en sortir. Sans oublier la maladresse des parents qui pensent bien faire et aggravent la situation. A travers ce long-métrage librement inspiré de leur parcours, Orelsan et Gringe réussissent leur pari avec talent: ils peuvent aussi être acteurs. Leur naturel est d'une fraîcheur touchante. Mention spéciale à Janine, la véritable grand-mère d'Orelsan, qu'on aimerait tous avoir comme mamie et avec qui il a enregistré l'émouvante chanson "J'essaye, j'essaye". Nous apprécions également la bande originale du film qui vous permettra de retrouver cet univers.

Avec Aurélien Cotentin (Orel), Guillaume Tranchant (Gringe)

Et leurs amis, Bouteille, Diamond 2Klo, Ablaye, Skread (le beatmaker d'Orelsan), Redouanne Harjane en guest-star, Clément Cotentin (le frère d'Orelsan) et bien sûr Janine Cotentin dans son propre rôle...

DVD 2016 Cine France/Orange Studios

Film "Comment c'est loin" DVD-2016

Voir les commentaires

Film "Patients" de Grand Corps Malade et Mehdi Idir DVD Gaumont 2016/2017

Publié le par Annie et Kristel

L'aventure "Patients" a débuté avec le témoignage de Grand Corps Malade alias Fabien Marsaud, dans le livre éponyme relatant sa difficile rééducation dans un centre spécialisé après un accident survenu à l'âge de 20 ans dans une piscine. Une autobiographie bouleversante, criante de vérité, tendresse, et d'ironie sur son quotidien ainsi que sur celui des autres patients (jeux de mots avec la patience et le lien médical) qui deviendront des amis, et sur le personnel hospitalier parfois maladroit dans sa volonté de neutralité presque comique, en dépit du contexte.

Le film co-réalisé par Grand Corps Malade et son ami Mehdi Idir reprend le même thème de façon relativement proche. Un peu risqué mais au final une excellente adaptation qui nous permet de comprendre comment Grand Corps Malade en est arrivé là, grâce à sa volonté de s'en sortir et de remarcher, même si la médecine lui avait prédit, heureusement à tort, qu'il resterait dans un fauteuil roulant à vie. C'est presque étrange de réaliser que cet accident lui a permis de prendre le chemin de la musique et de l'écriture, lui qui voulait devenir prof de sport. Nous aimons cette histoire touchante, cette solidarité entre compagnons d'infortune, une renaissance après de terribles souffrances dans la chair comme dans l'âme, lorsque des gestes simples de la vie deviennent une épreuve. Bien sûr, adapter un témoignage aussi fort en émotions n'est pas facile à évoquer sous forme de long-métrage et ne peut être à 100% identique. Mais même si nous avons une petite préférence pour le livre qui développe davantage le ressenti de Grand Corps Malade, ce film est une véritable réussite, porté par tous les acteurs, notamment Pablo Pauly dans le rôle principal, celui de Ben, l'alter-ego de Grand Corps Malade, ainsi qu'une interprétation inattendue et décalée de l'humoriste Alban Ivanov (vu dernièrement dans le clip "Chocolat" de Lartiste) en infirmier passant son temps à s'adresser aux patients à la troisième personne.

"Patients", l'histoire véridique de Grand Corps Malade, que nous vous invitons à découvrir aussi bien en livre qu'en film...

Livre "Patients" publié à l'origine chez Don Quichotte en 2012 puis chez Points (Poche) en 2014

Film "Patients" de Grand Corps Malade et Mehdi Idir DVD Gaumont 2016/2017

Voir les commentaires

Film La La Land DVD-2017

Publié le par Annie et Kristel

Comme beaucoup d'entre vous, nous étions impatientes de découvrir La La Land, ce film événement multi-récompensé, hommage aux comédies musicales qui ont marqué de leur empreinte l'âge d'or d'Hollywood. Un pari risqué, surtout à notre époque où ce style, bien que toujours apprécié, n'est plus à la mode. L'histoire débute par un embouteillage, à Los Angeles, qui permet de faire connaissance avec Mia (Emma Stone) et Sebastian (Ryan Gosling). Ce sera le début d'un chassé-croisé amoureux entre eux, de rendez-vous manqués. Une belle histoire d'amour malgré des divergences au niveau de leurs affinités musicales et professionnelles. A priori, tout opposait Sebastian, un pianiste de jazz qui rêve d'ouvrir son propre club pour enfin jouer ce qui le fait vibrer, et Mia, barista, qui se bat pour percer en tant qu'actrice, courant les castings se terminant toujours par des échecs. Et pourtant, le destin va les réunir, nous faisant par la même occasion découvrir de formidables chansons et chorégraphies maîtrisées à la perfection par les deux interprètes principaux, rompus à cet exercice depuis longtemps. Hélas, ils s'éloigneront l'un de l'autre au fur et à mesure que leur carrière décollera. Des décors soignés, une bande-son qui ravira tous les amateurs de jazz mais pas que. Un excellent film de Damien Chazelle, déjà réalisateur du remarqué Whiplash avec J.K.Simmons (Oz) qu'il retrouve ici, inspiré par les parcours d'Emma Stone et Ryan Gosling, "Les parapluies de Cherbourg" du regretté Jacques Demy et les nombreux films du duo Fred Astaire/Ginger Rogers. A noter aussi la présence de Finn Wittrock (American Horror Story, série dont nous parlerons bientôt), et surtout le musicien soul John Legend, un des producteurs de "La La Land", ici dans un rôle à contre-courant de son registre habituel, à savoir celui d'un musicien de jazz qui se lance dans la pop. Petit bémol: le long-métrage, bien que très élégant et raffiné, dégage une certaine froideur, les scènes musicales sont un peu laborieuses et surannées, mais surtout, l'histoire d'amour qui se finit mal sans qu'on comprenne vraiment pourquoi (la faute à une fin alambiquée pontuée de vies rêvées et de faux flash-backs!) ne nous a pas vraiment ému.

A voir malgré tout pour le plaisir de retrouver une époque révolue et pour la magistrale interprétation des acteurs, le duo star en tête.

Film La La Land DVD-2017

Voir les commentaires

Film "Ghost in the shell" de Rupert Sanders Paramount DVD 2017

Publié le par Annie et Kristel

Pas facile d'adapter une nouvelle fois le manga culte "Ghost In The Shell" (qui date de plus de 30 ans) de Masamune Shirow. Un sacré défi amplement relevé par le réalisateur Rupert Sanders.

L'histoire est fidèle au roman graphique, à savoir celle de Motoko Kusanagi, alias le Major, qui fait partie de la section 9, une police spéciale qui lutte contre la cybercriminalité dans un futur lointain où les manipulations génétiques et les cyborgs font désormais partie du quotidien. Brillamment interprétée par Scarlett Johansson aux faux airs de "Lucy" signé Luc Besson, dotée d'un corps aux capacités cybernétiques exceptionnelles et avec lequel elle doit composer, alternant périodes de doute et détermination sans faille, elle va se retrouver confrontée à un mystérieux ennemi, qui va l'obliger à faire face à son passé et son ancienne vie.

Bien entourée d'autres personnages, dont ceux incarnés par les grands Takeshi Kitano, Juliette Binoche et Michael Pitt (loin de la série "Boardwalk Empire"), le Major peine à trouver sa place en étant à moitié humaine. D'ailleurs, le titre "Ghost In The Shell" prend tout son sens quand on en connaît la signification: "fantôme dans la coquille", le fantôme étant l'esprit de la personne et la coquille l'enveloppe corporelle, ce qui résume bien la dualité dans laquelle se trouve le Major.

Atouts indéniables de ce long-métrage pourtant injustement boudé lors de sa sortie en salles, des scènes d'action parfaitement orchestrées, un univers visuel délirant, innovant, très proche du manga d'origine, de nombreux et époustouflants effets spéciaux ainsi que des moments d'émotion comme les retrouvailles du Major avec sa véritable mère... et son chat.

Seul petit bémol : "Ghost In The Shell" ayant pour héroïne une jeune femme pas comme les autres, l'ensemble pourrait paraître un peu froid. Mais il n'en est heureusement rien, le Major possédant la capacité de laisser parler son côté humain lorsque cela est nécessaire.

Un bon divertissement à voir pour (re)découvrir le monde de "Ghost in the shell", finalement pas si éloigné du nôtre.

Film "Ghost in the shell" de Rupert Sanders Paramount DVD 2017

Voir les commentaires

Film "Big Eyes" de Tim Burton DVD StudioCanal 2014/2015

Publié le par Annie et Kristel

L'histoire vraie de la plus grande arnaque de l'histoire de l'art...

"Big Eyes" est un film du talentueux réalisateur Tim Burton au style inimitable que nous apprécions depuis longtemps, retraçant le récit d'une imposture autour de la genèse de tableaux au charme étrange et dérangeant représentant des enfants mélancoliques aux yeux surdimensionnés.

L'histoire: à la fin des années 50 en Californie, Margaret (Amy Adams) épouse le peintre Walter Keane (Christoph Waltz) à la hâte pour conserver la garde de sa fille Jane, née d'un premier mariage. Convaincu du talent artistique de sa femme qui peint également, Walter s'emploie à faire connaître les œuvres de cette dernière à travers toute la ville. Or, la série de toiles de Margaret aux visages d'enfants dont la particularité est d'avoir des yeux immenses, les fameux "Big Eyes", ne séduit pas d'emblée les marchands d'arts.

Cependant, par un concours de circonstances, ses tableaux obtiennent un peu de publicité dans un journal local. Aux premiers signes de succès, Walter s'empresse d'assumer la paternité des toiles de Margaret. Il connaît ainsi un succès phénoménal et révolutionne l'art sans l'ombre d'un remords, profitant aussi du fait que les possibilités professionnelles des femmes sont plutôt réduites à cette époque. Croyant pouvoir vivre de son art, Margaret, sous l'emprise de Walter, accepte d'être la complice de ce mensonge.

"Big Eyes" est un excellent film dont le sujet tenait particulièrement à coeur Tim Burton, bien que ne s'inscrivant pas dans la lignée de ses autres créations, celle-ci étant plus conventionnelle, au rythme moins enlevé. Pour le réalisateur, rendre hommage à Margaret Keane, qui lui a inspiré son univers si particulier, était une façon de légitimer cette grande peintre, pionnière et novatrice. Comment une artiste avec un tel talent, à l'origine de tous ces tableaux, dont même Andy Warhol était tombé sous le charme, a pu accepter que son mari, Walter, usurpe sa place au point d'en devenir son esclave ? Par amour dans une société pas si lointaine où la femme avait encore peu de droits.

"Big Eyes" bénéficie également d'un casting quatre étoiles : Amy Adams, littéralement habitée par le rôle de Margaret, a été récompensée du Golden globe de la meilleure actrice pour cette interprétation. Face à elle, Christoph Waltz, décidément très à l'aise dans les rôles de méchants, incarne son mari Walter, sans oublier Danny Huston, Krysten Ritter, Jason Schwartzman et l'impérial Terence Stamp.

A noter que deux chansons inédites de Lana Del Rey émaillent le long-métrage, avec son style rétro et atypique qui convient parfaitement à l'ambiance de "Big Eyes".

Un film sensible et émouvant, une véritable réussite...

Film "Big Eyes" de Tim Burton DVD StudioCanal 2014/2015

Voir les commentaires

<< < 1 2 3