Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Album "Nouvelles Pages" réédition "Nouvelle Page" de Jenifer TF1 Musique 2018/2019

Publié le par Annie et Kristel

"Donne-moi le temps"... 

Du temps, nous en avons suffisamment eu pour découvrir le nouvel album de Jenifer "Nouvelle Page". Tellement que nous avons choisi de ne pas vous en parler car, comme dans le cas de notre précédente chronique consacrée à Soprano, nous nous étions trop éloignées de sa date de sortie pour publier un article. Heureusement, fêtes de fin d'année oblige, et donc rééditions, nous avons aujourd'hui l'opportunité de nous rattraper avec la ressortie de "Nouvelle Page", rebaptisée pour l'occasion "Nouvelles Pages".

Il faut savoir que la première commercialisation de l'album était déclinée en trois versions (voir visuels ci-dessous).

Nous avions opté pour un cd de 17 titres dont 3 inédits (également disponibles dans les pressages suivants) et un dvd documentaire "Nouvelle Page: entre les lignes".

Cette fois encore, "Nouvelles Pages" est proposé en plusieurs éditions. Difficile de choisir. Mais nous avons privilégié l'essentiel : la musique et ainsi des inédits. En résumé, cette nouvelle mouture au design complètement différent (pochette et livret) comporte deux cds, le premier de 23 titres dont 4 inédits, et le second de 15 pistes, qui nous permet de retrouver les plus grands tubes de Jen en live, notamment "Ma révolution", "C'est de l'or", "Au soleil", "Donne-moi le temps", justement, ainsi que des sons plus récents.

Comme beaucoup, nous avons fait la connaissance de Jenifer par le biais de la Star Ac. Nous l'avons vu concrétiser son rêve de devenir chanteuse en faisant ses premiers pas dans le monde de la musique, évoluer, s'épanouir dans sa vie de femme, devenir maman, mais avec toujours cette merveilleuse voix, cristalline et emplie d'émotion, à laquelle il est impossible de résister.

Concernant les chansons, les singles mis en avant (et leurs clips) figurent parmi nos préférés: la toute première, "Notre idylle", nous dévoile une Jenifer tout en finesse angélique, suivie de son duo complice avec Slimane (voir capture d'écran YouTube ci-dessus) "Les choses simples", le sensuel "Comme c'est bon", mis en images sous forme de séquences lives et en coulisses, "Encore et encore", un hommage aussi sobre que poignant à son oncle récemment disparu. Le son "Baby blues" évoque sa maternité avec pudeur. A noter également une version solo du titre "Les choses simples" (proche et intime).

Parmi les bonus figure le surprenant "On oublie le reste" feat Kylie Minogue, dont le refrain sample le tube de cette dernière "Can't get you out of my head" et son célèbre "La la la" que nous avons tous fredonné, dont vous pourrez découvrir le clip très élaboré à la fin de cet article.

Côté compositeurs, nous retrouvons, outre ses fidèles collaborateurs, Christophe Maé sur "Comme c'est bon" et "Mystère", Tibz avec "Les choses simples", co-écrit avec Slimane, "Hey Jen", Yseult ("Respire", "Pour nous retrouver") et Barbara Pravi pour "On oublie le reste".

Dans le cadre de "Nouvelle Page", Jenifer achèvera sa tournée le 15 décembre 2019 à la salle Pleyel.

Un album aux multiples facettes alternant joie, tristesse, espoir et amour. Toute une palette de sentiments qui vous fera voyager dans la bulle musicale de Jenifer.

Album "Nouvelles Pages" réédition "Nouvelle Page" de Jenifer TF1 Musique 2018/2019

Voir les commentaires

Album "Du Phœnix aux étoiles..." Réédition "Phœnix" de Soprano Rec 118/Warner Music 2018/2019

Publié le par Annie et Kristel

Cela faisait longtemps que nous souhaitions vous parler du dernier album de Soprano "Phœnix". Hélas, l'ayant écouté bien après sa sortie en 2018, nous avions pensé qu'il était trop tard pour cela. Ô miracle, Soprano a eu l'excellente idée, comme de nombreux autres artistes en cette fin d'année, de rééditer l'opus dans une version collector de 2 cds au lieu d'1, comportant 8 inédits et un visuel (pochette et livret) au design évolutif avec la thématique commune, l'espoir dont nous avons tous besoin, symbolisé par un trèfle à quatre feuilles au milieu du désert qui parvient à s'épanouir.

 Soprano fait partie de ces musiciens que nous apprécions et que nous suivons depuis ses débuts au sein du groupe Psy4 de la rime. Comme le temps passe vite... Soyons honnêtes : Soprano a évolué, s'est assagi et donc logiquement un peu (mais pas complètement) éloigné du rap qui l'a fait connaître, en dépit de sons au flow intact, préférant une orientation plus pop urbaine, ce qui n'est pas pour nous déplaire. Le natif de Marseille, sa lumineuse ville dont il est fier, est devenu sans conteste une valeur sûre du paysage musical français grâce à sa sincérité et sa sensibilité qui ne peuvent que nous toucher, avec ses textes émouvants, forts et positifs.

Digne successeur de "l'Everest", son précédent album certifié disque de diamant, "Phœnix" (déjà triple disque de platine) et donc "Du Phœnix aux étoiles..." évoquent des sujets aussi variés que la famille, la délinquance ("Plan B" feat Ghali), l'adultère avec "La voisine", le harcèlement des ados par le biais des réseaux sociaux sur le single et clip "Fragile", véritable plaidoyer pour le droit à la tolérance. "A la vie à l'amour" (composé avec l'Algerino et Koston) ouvre le bal des extraits clippés issus de "Phœnix", suivi de "Zoum" aux sonorités latines sur un sample de "Marcia Baila" des Rita Mitsouko avec Niska en feat. L'un des titres phares (et clip) de l'album, "Le coach", avec l'un de ses cousins Vincenzo, nous a enchanté et amusé pendant tout l'été, entre ironie autour de l'obsession du corps parfait et envie de profiter des plaisirs de la vie sans culpabiliser.

Les collaborations d'autres artistes sont nombreuses, entre "Cantare" avec l'incontournable Soolking (déjà présent sur l'album "Il était une fois..." de Black M, chroniqué sur notre blog), "Rampanpan" (avec Tiken Jan Falkoly en introduction). Pour "Du Phœnix aux étoiles...", signalons "Chasseur d'étoiles" avec le fidèle P3gase en feat, "Musica" (Ninho), le surprenant "Cabeza" avec l'inclassable Jul (également de Marseille, comme les idoles de Soprano, IAM), sans oublier "Du temps plein" feat son autre cousin Alonzo. Les codes du rap sont respectés grâce aux participations de ce double album ainsi que l'Intro (Renaissance) et l'Outro (Encore une soirée...), caractéristiques des albums de hip-hop, traits d'union entre l'opus précédent et le suivant, une technique déjà employée dans "l'Everest".

Concernant "Du Phœnix aux étoiles...", nous avons craqué pour le très apprécié "A nos héros du quotidien", un hommage à toutes ces personnes de la vraie vie qui, grâce à un simple geste, une phrase, parviennent à aider leur prochain de façon généreuse et intergénérationnelle, et "Papa Sopra" qui renoue avec le rap à coups de punchlines ciblées, règlements de compte masqués mais jamais très méchants, où il revient sur son succès. Ses deux singles clippés, les derniers en date, sont à retrouver à la fin de cet article.

La particularité de Soprano, Sopra pour les fidèles, est de garder les pieds sur terre avec le sourire et cet accent inimitable et chantant, fidèle à ses valeurs, ses racines.

A noter que Soprano est actuellement en tournée dans le cadre du "Phœnix Tour" jusqu'au 22 décembre 2019.

Un album comme un rayon de soleil qui se conjugue aux étoiles...

"Album "Du Phoenix aux étoiles..." Réédition "Phœnix" de Soprano Rec 118/Warner Music 2018/2019

Voir les commentaires

Film "Mutafukaz" de Shōjirō Nishimi et Guillaume "Run" Renard Ankama/AB Vidéo DVD 2018/2019

Publié le par Annie et Kristel

Pour notre première chronique de film d'animation, nous avons bien sûr choisi "Mutafukaz" avec pour casting vocal Orelsan (dont le clip "Fantômes" issu de la réédition de son dernier album "Epilogue" vient tout juste d'être mis en ligne sur YouTube), Gringe et Redouanne Harjane dans les rôles respectifs d'Angelino, Vinz et Willy.

L'histoire : Angelino est un jeune homme perdu vivant à Dark Meat City, une cruelle mégalopole écrasée par le soleil bien trop présent de la Californie. Le jour, il livre des pizzas et la nuit, il squatte une misérable chambre d'hôtel avec son coloc Vinz et une armée de cafards qui se sont pris d'amitié pour lui (et oui, c'est possible). Un accident de scooter va bouleverser sa vie en lui faisant croiser la divine Luna, une fille aux cheveux noir de jais qui hantera son esprit. C'est alors que notre héros commence à souffrir de maux de tête et d'étranges hallucinations. Hallucinations, vous dites ? A moins que la vérité soit plus nuancée. De mystérieux hommes en noir le poursuivent, qui permettent à Angelino de comprendre qu'il est leur cible. Mais pourquoi lui ? Sa rencontre avec Luna est-elle vraiment le fruit du hasard ? Quel est le secret des origines d'Angelino ?

Photos ci-dessus de gauche à droite : Shōjirō Nishimi et Guillaume "Run" Renard

Produit par Ankama Animations, "Mutafukaz", l'adaptation de la BD éponyme de Guillaume "Run" Renard, sort des sentiers battus, à mi-chemin entre le manga, l'univers hip-hop US, la culture pop et geek, tout en empruntant beaucoup aux codes des comics, nous faisant oublier qu'il s'agit d'un film d'animation (pour adultes) grâce à un rythme speed où les rebondissements s'enchaînent en faisant également la part belle à l'onirisme, le droit à la différence, et surtout l'écologie. Une véritable leçon d'humanité entre gravité, humour noir et violence savamment dosés. Dès sa création, "Mutafukaz" a été pensé comme un projet international, co-produit en France et au Japon. Avant même sa sortie officielle, le film a voyagé, passant par des festivals dans le monde entier, notamment aux USA où il a choqué quelques spectateurs. N'oublions pas que "Mutafukaz" signifie "Mother Fucker" "Nique ta mère" en francais, ce qui explique qu'il y ait été rebaptisé "MFKZ". Malgré des problèmes de distribution ayant retardé son exploitation cinématographique, le film a finalement réussi à s'imposer et à s'exporter grâce à sa qualité visuelle et cinématographique.

Ci-dessus de gauche à droite : les personnages de "Mutafukaz" Willy, Vinz et Angelino

Porté par la musique de The Toxic Avenger et la participation de Matt Bastard, leader du groupe Skip The Use (sur un titre de la BOF "Grave Of Broken Dreams"), "Mutafukaz" doit aussi énormément au doublage qui donne littéralement vie aux personnages et à leur formidable amitié. La bande de potes formée par Orelsan qu'on ne présente plus (et qui avait déjà doublé l'anime "One Punch Man"), Gringe, à la fois acteur et rappeur (dont l'excellent album "Enfant Lune" vient d'être certifié disque d'or-chronique disponible sur notre blog), et l'humoriste aux multiples facettes Redouanne Harjane (M, meilleur acteur aux Venice Days), est parvenue à nous faire apprécier ces êtres hors du commun : le sensible Angelino qui s'avère plus puissant et redoutable qu'il ne le pense, Vinz à la tête de mort perpétuellement en feu, son meilleur ami toujours là pour l'aider, contrairement à l'amusant et zozotant Willy, plein de bonnes intentions mais pas très courageux. Impossible en les retrouvant tous les trois de ne pas penser à "Comment c'est loin", film chroniqué sur notre blog (Vinz disant à Angelino "Comment j'ai faim", une des répliques de "Comment c'est loin") ou aux Casseurs Flowters (leurs personnages dans la série "Bloqués" et la tête enflammée de Vinz qui n'est pas sans rappeler leur clip "Fais les backs").

Ci-dessus de gauche à droite : Redouanne Harjane, Orelsan et Gringe

A noter également que Féodor Atkine à la riche carrière (la voix française de "Docteur House", c'était lui) et Guillaume "Run" Renard himself viennent compléter ce doublage haut de gamme dans les rôles du méchant Mister K et du commentateur de catch, Mommie et Papy Reggaeton.

"Mutafukaz" a remporté le prix du Jury Jeunes de la région Grand Est et celui de la Meilleure musique originale au festival international du film fantastique de Gérardmer. Des détails qui ne trompent pas pour ce long-métrage que nous vous recommandons.

Film "Mutafukaz" de Shōjirō Nishimi et Guillaume "Run" Renard Ankama/AB Vidéo DVD 2018/2019

Voir les commentaires

Album "Pyramide" Réédition de M. Pokora TF1 Musique/Sony 2019

Publié le par Annie et Kristel

Événement : M. Pokora nous propose aujourd'hui la réédition de "Pyramide". 

En plus des 16 titres que contient la première édition comprenant les tubes "Les Planètes", et "Tombé (dont nous vous avions déjà parlé sur notre blog), ce "Pyramide" 2.0 est enrichi de 8 bonus parmi lesquels figurent "Tango Electrique", un up-tempo énergique et sensuel, écrit par Yseult et Cordon, ainsi que "Si t'es pas là" évoquant la future paternité de M. Pokora, une émouvante ballade de Slimane et Renaud Rebillaud, déjà à l'origine de "Tombé".

Dans les nouveaux titres apparaît également le poignant "Mama", générique du téléfilm de TF1, "Le premier oublié", où Matt tient le rôle principal aux côtés de Muriel Robin. Diffusé le 7 octobre dernier, il a enregistré la meilleure audience pour une fiction en 2019 sur TF1.

Vous pourrez aussi retrouver Matt sur les routes avec son "Pyramide Tour", inauguré à Strasbourg, sa ville natale, le 5 octobre.

Enfin, sachez que M. Pokora est nommé pour la 15ème fois aux NRJ Music Awards dans la catégorie "Artiste Masculin Francophone De l'année". La cérémonie sera  retransmise le 9 novembre prochain sur TF1.

Nous lui souhaitons bonne chance pour sa nomination ainsi que pour la réédition de "Pyramide", un excellent album dont vous pourrez découvrir les différentes versions dans le visuel ci-dessous.

Info de dernière minute : M. Pokora a remporté le prix de l'artiste masculin francophone de l'année 2019 aux NRJ Music Awards, cérémonie qui a eu lieu le samedi 9 novembre 2019.

Album "Pyramide" Réédition de M. Pokora TF1 Musique/Sony 2019

Voir les commentaires

Clip "You Can't Stop The Girl" de Bebe Rexha 2019

Publié le par Annie et Kristel

Maléfique est de retour...

Nous avons découvert la brune Bebe Rexha dans le clip du rappeur G-Eazy "Me, Myself & I" en 2016. Depuis, et entre-temps devenue blonde, l'auteure-compositrice-interprète s'est distinguée par ses feats avec Louis Tomlinson (transfuge des One Direction) pour "Back To You" (2017), les incontournables David Guetta et J Balvin avec l'un des tubes de 2018 "Say My Name", ou plus récemment Jax Jones "Harder". Bebe Rexha, également à l'origine du son "The Monster" (2013) pour Eminem et Rihanna, nous revient avec un superbe clip "You Can't Stop The Girl", que vous pourrez voir à la fin de cet article. 

Choisi pour figurer sur la BOF de la suite événement de "Maléfique", intitulée "Maléfique 2: le pouvoir du mal", "You Can't Stop The Girl" permet à Bebe Rexha de faire passer un message fort et féministe. Entre féerie, extraits du film et passages où la chanteuse apparaît aux côtés de différentes jeunes femmes, Bebe Rexha y clame haut et fort que rien ne peut arrêter ses consoeurs qui doivent toutes se battre pour être enfin acceptées telles qu'elles sont, qu'importe leurs conditions physiques ou origines, aimer et pouvoir être aimées.

Un combat déjà amorcé avec une précédente chanson "Not 20 Anymore", où Bebe Rexha évoquait un jeunisme (touchant également les hommes), hélas bien trop présent et de plus en plus tôt, celle-ci en étant déjà victime à seulement 30 ans, tout comme les diktats de la mode. 

Vous l'aurez compris, "You Can't Stop The Girl" s'inscrit parfaitement dans le sillage du film signé Disney "Maléfique 2 : le pouvoir du mal", la suite tant attendue (depuis 2014 !) du premier volet de "Maléfique", qui vient tout juste de sortir dans les salles obscures. On y retrouve bien sûr la belle Angelina Jolie dans le rôle-titre, entourée d'Elle Fanning, devenue bien plus que la soeur de Dakota en princesse Aurore, et Michelle Pfeiffer qu'on ne présente plus, en reine Ingrith.

"You Can't Stop The Girl", une chanson émouvante, efficace, clippée avec merveille. Laissez-vous entraîner, comme Bebe Rexha, dans ce mystérieux tourbillon émeraude...

Voir les commentaires

BD "Demain j'arrête" de Gilles Legardinier par Laëtitia Aynié et Véronique Grisseaux chez Michel Lafon 2019

Publié le par Annie et Kristel

Non, non, vous ne rêvez pas. Il s'agit bien de l'adaptation en bande dessinée par Laëtitia Aynié et Véronique Grisseaux de l'excellent roman "Demain j'arrête", qui a révélé en 2011 au grand public l'écrivain aux multiples casquettes Gilles Legardinier. Un projet auquel nous ne nous attendions pas.

Pour ceux qui, comme nous, ont lu et apprécié le livre, comme pour ceux qui ne le connaissent pas encore, vous aimerez vous (re)plonger dans les aventures improbables de Julie, célibataire en quête du grand amour, prête à tout pour rencontrer son nouveau voisin répondant au nom farfelu de Ricardo Patatras. De quiproquos en situations rocambolesques, entre bonne humeur et mélancolie, Julie est toujours là pour apporter son aide à ceux qui en ont besoin, tout en s'interrogeant sur son avenir et ses choix.

Quelle bonne idée d'avoir pensé à retranscrire ce roman Feel Good en BD. Force est de constater qu'il s'agit d'une véritable réussite. D'abord par un format plus proche d'un livre illustré que d'un album, des dessins soignés, un texte et une intrigue respectant l'œuvre d'origine, et ce malgré les contraintes imposées par ce support, grâce à l'expérience et au savoir-faire de Laëtitia Aynié et Véronique Grisseaux, qui ont su y apporter leur touche personnelle.

Gilles Legardinier, qu'on ne présente plus, s'est démarqué avec "Demain j'arrête" par sa capacité à se glisser avec aisance dans l'esprit féminin. Après ce best-seller, l'auteur a publié pendant un temps, et pour le plus grand bonheur des lecteurs, d'autres romans dont la particularité était d'y faire apparaître comme emblème un chat différent sur chaque couverture, avant de se diversifier dans ses œuvres littéraires.

Laëtitia Aynié, qui a illustré la version de "Demain j'arrête", a été révélée par sa série "Le journal d'Aurélie Laflamme".

Véronique Grisseaux, qui s'est chargée de l'adaptation scénaristique, a participé pendant 7 ans à l'écriture de la célèbre sitcom "Un gars, une fille" avec Jean Dujardin et Alexandra Lamy, et s'est également occupée, toujours en bande dessinée, des "Gens heureux lisent et boivent du café", d'après le roman d'Agnès Martin-Lugand, ex-auteure auto-éditée publiée à ses débuts chez Amazon, et côté jeunesse, des 6 tomes reprenant l'histoire des "Filles au chocolat" de Cathy Cassidy. 

N'hésitez pas à offrir ou à vous offrir ce petit bijou, rayon de soleil livresque.

Bande dessinée "Demain j'arrête" de Gilles Legardinier par Laëtitia Aynié et Véronique Grisseaux Éditions Michel Lafon 2019

Voir les commentaires

Série "Vernon Subutex" Saison 1 Studio Canal DVD 2018/2019

Publié le par Annie et Kristel

Attention, cette chronique s'adresse aussi bien aux personnes n'ayant pas lu (tout comme nous) la trilogie "Vernon Subutex" de Virginie Despentes qu'à ses lecteurs avertis...

L'histoire : Vernon Subutex, disquaire sans emploi, se fait expulser de son appartement. A la recherche d'un endroit où dormir, Vernon contacte d'anciens amis de la bande du Revolver, son mythique magasin de disques, aujourd'hui fermé. Il retrouve l'un d'eux, Alex Bleach, rock star sur le déclin. Mais celui-ci meurt d'une overdose, lui laissant trois mystérieuses cassettes vidéo. Alors que Vernon se fond dans Paris, il va devenir l'homme que tout le monde veut retrouver.

"Vernon Subutex" est une série adaptée (par Cathy Verney) des deux premiers tomes de la trilogie éponyme de Virginie Despentes publiée chez Grasset, forcément très attendue.

Cependant, malgré ses nombreuses qualités, elle n'a pas fait l'unanimité auprès des aficionados n'ayant pas retrouvé la flamboyance des romans, et même de Virginie Despentes en personne, qui a malgré tout supervisé le projet et donné son feu vert. Difficile en effet de ne pas être déçu en découvrant l'adaptation d'un livre sur écran, en l'occurrence le petit, une retranscription totalement fidèle étant impossible. Il a été également été reproché à la série son côté "clichés", ce qui n'est pas tout à fait faux (Paris, la capitale du showbiz, ses paillettes et ses dérives), une époque pas assez proche de la réalité, certains protagonistes caricaturaux ou mis à l'écart au profit de l'anti-héros Vernon Subutex, alors que les romans se voulaient plus choraux. 

Chacun a le droit d'avoir son opinion. Soyons honnêtes, nous avons eu un peu de mal à nous immerger dans la série au format atypique, la première saison étant constituée au total de 9 épisodes de 35 minutes. L'intrigue peine à s'installer jusqu'à la disparition d'Alex Bleach (énigmatique Althaya Mokonzi) et la recherche des cassettes qui devient haletante.

Romain Duris (bien loin de ses débuts dans le film "Le Péril Jeune" de Cédric Klapisch ou du clip de Princess Erika "Faut qu'je travaille"), dans le rôle du loser magnifique Vernon Subutex, est époustouflant. Tout repose sur lui et son fameux blouson en cuir, armure des temps modernes et objet involontaire de toutes les convoitises, les trois fameuses cassettes étant cachées dans une poche intérieure. Parfois pathétique, parfois insouciant voire inconscient, sa seule quête immédiate est de trouver un toit pour une nuit ou plus. Ce sont ses travers qui l'ont menés à la rue et on éprouve par moments l'envie de le secouer, de lui dire de se battre afin que sa situation s'améliore. Lui, passionné de musique, ancien propriétaire du célèbre Revolver, mérite bien mieux que cela. Mais Vernon Subutex n'en demeure pas moins un homme sympathique, solaire.

Autour de lui gravitent des personnages insolites aux caractères forts (notamment La Hyène, campée par l'impeccable Céline Salette), menés par un casting soigné (la musicienne Flora Fischbach dans le rôle d'Anaïs, Patrick Eudeline en guest star, Laurent Lucas dans la peau d'un producteur prêt à tout pour protéger son lourd secret, Florence Thomassin, Philippe Rebbot interprétant d'anciens amis de Vernon Subutex qui vont faire leur maximum, à leur façon, pour le retrouver et surtout l'aider. Autant de destins qui seront réunis grâce à lui et à leurs souvenirs en commun. Toute une époque qu'ils croyaient révolue, chacun s'étant perdus de vue. 

Comme vous le comprendrez certainement, la place importante accordée à la musique nous a également touché. Des Thugs, Dogs, Poni Hoax ou Jesus And Mary Chain, l'esprit rock est là, à retrouver également sur la bande originale de la série. 

En conclusion, que vous ayez lu ou non les romans de Virginie Despentes, n'hésitez pas à donner sa chance à la série "Vernon Subutex".

Série "Vernon Subutex" Saison 1 Studio Canal DVD 2018/2019 

Voir les commentaires

Clip "Don't Call Me Angel" d'Ariana Grande feat Miley Cyrus et Lana Del Rey 2019

Publié le par Annie et Kristel

Drôles De Dames...

C'est un trio musical inattendu qui s'est formé à l'occasion du single "Don't Call Me Angel", choisi pour figurer sur la BOF du reboot de la mythique franchise Charlie's Angels, réalisé et interprété par Elizabeth Banks, avec Kristen Stewart, Naomi Scott, Ella Balinska dans les rôles principaux, ainsi que Patrick Stewart et Djimon Hounsou. D'après le trailer que nous avons pu visionner, le film sera explosif et les anges au sommet. Sortie prévue dans les salles françaises le 4 décembre 2019.

Pour en revenir à ce fameux trio musical, nous découvrons Ariana Grande, plus sexy que jamais, entourée de l'indomptable Miley Cyrus, bien loin de ses débuts à l'époque d'Hannah Montana, et de l'énigmatique Lana Del Rey. Vous êtes étonnés ? Nous aussi. Mais ne vous y trompez pas. Derrière des abords provocants, se cache un titre efficace, sensuel, entêtant, porté par un clip qui l'est tout autant, où les allusions à Charlie's Angels sont évidentes, notamment par l'omniprésence du logo du film. Petit bonus: la présence à la fin de "Don't Call Me Angel" d'Elizabeth Banks. Décidément, ces trois artistes nous ont concocté un futur tube en puissance que vous aurez le plaisir de voir à la fin de cet article.

 

Voir les commentaires

Livre "Les morsures de l'âme" (l'intégrale) de Christelle Morize Amazon

Publié le par Annie et Kristel

Les morsures de l'âme, blessures du cœur...

Après "La maison du pasteur", c'est avec un grand plaisir que nous nous sommes replongées dans l'univers de Christelle Morize avec l'intégrale d'une autre de ses sagas, "Les morsures de l'âme", regroupant deux tomes, davantage orientée vers le polar psychologique sur fond de conflits familiaux sans oublier de nombreux rebondissements.

L'histoire : (Tome1)

Tout débute par le retour de Josh Mac Callaghan dans sa ville natale, meurtri par la vie, la disparition de son épouse l'ayant laissé seul avec son fils. Quinze années se sont écoulées depuis le divorce de ses parents, et Josh décide de revenir dans le Montana, cette région chargée d'histoire, afin d'aider Travis, son grand-père gravement malade. Cependant, des tensions avec Elliot, son père, ressurgissent, tout comme de nombreux secrets qui vont affecter la vie du clan Mac Callaghan. Des souvenirs refont surface, une vague de meurtres va fragiliser cet équilibre précaire dans une ambiance délétère entre suspicions, accusations et doutes de la part du nouveau shérif et du propre père de Josh. 

L'histoire : (Tome 2)

Cette seconde partie est aussi prenante que la première avec Josh, notre héros, plus que jamais décidé à connaître l'identité de celui qui l'a agressé. La relation avec son père évolue mais demeure toujours instable, tandis que des assassinats viennent envenimer une situation inextricable. Nous vous laissons le soin de découvrir la suite des aventures de Josh, prêt à tout pour protéger sa famille.

Une chose est sûre, c'est bien le clan Mac Callaghan qui est au cœur de ce récit passionnant. "Les morsures de l'âme" parvient à nous tenir en haleine sans faillir, en mêlant suspense, émotion tout en brossant les portraits d'hommes dont les failles s'avèrent fascinantes, et ce en dépit de leur obstination, leur rancœur et d'un manque de communication. 

Christelle Morize, éprise de grands espaces et de liberté, est parvenue, par le biais de cette saga, à nous faire voyager dans le Montana, aussi beau que sauvage. La famille y tient également une place très importante, comme dans toute vie, avec ses bons et ses mauvais côtés, entre amour et chagrin. L'auteure a su, grâce à sa passion des mots, et sans aucun problème de rythme, à nous immerger dans un monde, son monde, laissant une empreinte indélébile dans nos cœurs de lectrices.

Livre "Les morsures de l'âme" (l'intégrale) de Christelle Morize Amazon 

Voir les commentaires

Album "Il était une fois..." de Black M Wati B/Sony Music/RCA 2019

Publié le par Annie et Kristel

Once Upon A Time...

Après ses deux excellents albums solos "Les Yeux Plus Gros Que Le Monde" (2014) et "Eternel Insatisfait" (2016), Black M poursuit sa route indépendamment du groupe Sexion D'Assaut qui l'a fait connaître aux côtés de ses amis (Gims, Lefa, Maska, pour ne citer qu'eux), et dont il n'est jamais loin. Ce troisième album était très attendu, et c'est ce 13 septembre 2019 que nous avons eu le plaisir de le découvrir.

Le premier single clippé "Bon" (Prologue), gimmick d'un freestyle de 2006, remet au goût du jour un son incisif mâtiné d'egotrip où l'on retrouve un Black M enchaînant des punchlines. Un retour aux sources mêlant ses origines et ses débuts dans la musique, avec quelques membres de Sexion D'Assaut présents dans la vidéo.

S'ensuit "Mon Beau-Frère", ayant pour inspiration le mari de la sœur de Black M, et dont on voit la photo de mariage à la fin de ce clip amusant aux nombreuses situations cocasses, notamment grâce à la présence des acteurs Rayane Bensetti (le gendre idéal) et les amis campés par Issa Doumbia et Zatis. 

Le troisième extrait clippé "Dans Mon Délire" (feat Heuss L'Enfoiré et Soolking), un de nos titres préférés, est à découvrir à la fin de cet article. Résolument plus Old School tendance Funk, clin d'œil à son idole Michael Jackson, "Dans Mon Délire" nous révèle le jeune Black M lorsqu'il n'était encore qu'Alpha Diallo (son véritable patronyme). 

D'autres feats réussis viennent agrémenter l'écoute tels que "Sale journée" (avec BigFlo & Oli), "Monsieur L'agent" (feat Naylinz), "No No No" (PLK), et "Autour De Moi" (avec Koba Lad et Niro). Un album aux thèmes très personnels, à l'image de "Like" à propos de notre quotidien devenu en partie virtuel, "Ainsi Valse La Vie" sur la fragilité de l'existence et le fait que rien n'est jamais acquis (cadre un jour, peut-être SDF le lendemain ?), "Léa", véritable déclaration d'amour à Léa Djadja, sa femme depuis 10 ans et mère de leur fils, "Pervers Narcissique" qui nous a touché de par la véracité de ce sujet, plus que jamais et malheureusement brûlant d'actualité, renforcé par la voix bouleversante de Barbara Pravi. A la fin de la chanson, celle-ci dialogue au téléphone avec cet homme qu'elle aime mais qui la détruit. Toute la détresse, la dépendance, la peur, se retrouvent dans ces mots qui font froid dans le dos. Sans oublier la femme qui lui a donné la vie, la maman d'Alpha, avec deux hommages dans "Oh Mama" et "Maman J'arrive". Comme tout bon opus de rap, "Il était une fois..." se termine par le 16ème et dernier titre, l'épilogue "Doutes".

Black M a réussi avec "Il était une fois..." à nous faire partager un univers plus riche en émotions, plus authentique, sur tout ce qui fait sa vie, son expérience, sa famille, son enfance. Chaque son ouvre une fenêtre sur un monde parfois drôle, parfois tragique, sans cesser de nous surprendre, grâce à des collaborations côté production et écriture avec Vianney, Disiz, mais aussi les fidèles Maska, Barack Adama, Abou Tall. Un album résolument novateur, revisitant les codes du rap avec sensibilité et savoir-faire...

Album "Il était une fois..." de Black M Wati B/Sony Music/RCA 16 titres 2019

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>