Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DVD film "Avant toi" 2016 avec Emilia Clarke et Sam Claflin

Publié le par Annie et Kristel

"Avant toi", un film romantique, sentimental? Pas vraiment. Explications.

Grandes fans de Game Of Thrones, GOT pour les initiés, depuis le début, nous avions envie de voir Emilia Clarke, Daenerys, la reine des dragons, dans un autre registre, même si elle a déjà une longue carrière à son actif. Quoi de mieux que ce film adapté du roman best-seller éponyme de Jojo Moyes?

L'histoire : Louisa dite Lou est une jeune femme enjouée et excentrique, qui essaye toujours de voir la vie du bon côté. Lorsqu'on lui propose de travailler comme aide-soignante pour Will (Sam Claflin) qui est handicapé suite à un accident, l'entente n'est pas du tout cordiale dans un premier temps. Sam, aigri, malheureux, ne supportant plus sa condition, fait tout pour décourager Lou, pourtant pleine de bonne volonté, et l'obliger à démissionner, comme cela est arrivé avec ses précédents aides-soignants. Blessé dans son corps mais aussi dans son cœur, ce séduisant jeune homme, à qui tout réussissait, pense mettre fin à ses jours. Mais c'est sans compter sur l'enthousiasme et le dévouement de Lou, qui fait tout pour lui redonner goût à l'existence. De fil en aiguille, des sentiments vont naître entre eux. Nous vous laissons découvrir la conclusion qui n'est pas ce qu'on peut appeler un happy ending, pour celles et ceux qui n'ont pas lu le livre.

Trop de sentiment pourrait tuer une histoire qui perdrait toute crédibilité. Mais là, c'est le contraire qui arrive, en dépit des touchantes interprétations des deux acteurs principaux. Rien ou presque ne passe, et nous n'arrivons pas à ressentir l'amour qui est censé se dégager de Lou et Will. La fin laisse, quand à elle, un sentiment d'inachevé. Quel dommage. A voir quand même pour l'excellent jeu des acteurs et pour comparer le film avec le roman. 

"Avant toi" 2016 avec Emilia Clarke et Sam Claflin

DVD film "Avant toi" 2016 avec Emilia Clarke et Sam Claflin

Commenter cet article